UN TOUR PAR LA CULTURE ESPAGNOLE ET TRADITION ANDALOUSIE PARTIE 3

Saeta durant la Semaine Sainte

L’aspect spectaculaire de ces litanies de cofrades (membres des cofradías) s’explique par leur accumulation, la beauté baroque des pasos, le silence absolu des processions, ou au contraire leur musique solennelle, mais aussi par leur avancée dans les ruelles de la vieille ville, qui forme un cadre grandiose. La configuration tortueuse de certaines voies rend parfois périlleuse leur progression, ce qui contribue à donner encore davantage de panache à leur marche, qui semble interminable: il faut souvent patienter plus d’une heure pour voir passer la totalité d’une hermandad. Les processions effectuent des arrêts, qui sont alors l’occasion d’entendre des saetas entonnées par des anonymes, depuis la rue ou un balcon. L’instant le plus propice à ces improvisations se situe à la sortie et au retour du cortège.

La Semaine Sainte atteint son paroxysme lors de la Madrugá qui, dans la nuit du jeudi au vendredi saints, voit sortir les plus célèbres congrégations de Séville : la Macarena, Esperanza de Triana, Jesús del Gran Poder,… La ville connaît cette nuit-là la plus forte affluence de la semaine.

Bibliographie

  • ALMELA VINET, Francisco, Historia de la Semana Santa en Sevilla : descripción de las cofradías que hacen estación durante la misma a la Santa Iglesia Catedral (1899), Espuela de Plata, 2003.
  • CARRERO RODRÍGUEZ, Juan, Gran Diccionario de la Semana Santa, Almuzara, 1981
  • MARTÍNEZ KLEISER, Luis, La Semana Santa de Sevilla (1924), Espuela de Plata, 2003.
  • SÁNCHEZ HERRERO, José, La Semana Santa de Sevilla, Sílex.
  • Gota a gota Programa de la Semana Santa de Sevilla, Cajasol, 2008.
  • Guia itinerante Semana Santa Sevilla 2008, El Mundo Andalucía, 2008.