TROUBLE DU LANGAGE CHEZ LE TRISOMIE 21 ET AUTRES

 

H3

H2

 

Les troubles du langage sont au cœur des problèmes rencontrés par la personne trisomique 21 au cours de son existence : en effet l’évolution personnelle, l’intégration sociale et même l’intégration professionnelle d’une personne dépendent de ses facultés de communication verbale.

Je voudrais vous parler des difficultés rencontrées par la personne trisomique 21 au niveau du langage et de la façon dont les parents ou l’entourage de celle-ci peuvent l’aider.

Les enfants trisomiques 21 ont des troubles articulatoires liés à l’hypotonie bucco-faciale (Diminution de la tonicité (tension) musculaire) et une hypotonie des muscles de la respiration. Ils ont également un articulé dentaire particulier qui peut gêner l’articulation de certains sons. Cela donne une articulation floue, imprécise. Ils ont surtout un retard de langage important.

Les premiers mots apparaissent tard. Longtemps le langage se fait sur le mode télégraphique. Ensuite leur mode particulier de raisonnement, leur grande difficulté pour l’organisation de la phrase et du discours longtemps incomplète bien que informative. La compréhension verbale peut demeurer fragmentaire.
Au niveau de la mise en place du langage, quels sont les facteurs déficitaires chez l’enfant trisomique 21? Quels sont les moyens d’y remédier?

D’abord il est indispensable de surveiller l’audition de l’enfant trisomique 21. En effet les troubles de la sphère ORL sont fréquents avec des pertes auditives de légères à moyennes. Il peut s’agir d’otites à répétition ou d’autres atteintes à l’oreille.
Il est donc important de dépister précocement les troubles de l’audition (18-24 mois), de les traiter pour ne pas les voir entraver le développement du langage. En outre il est important même si l’examen auditif n’a rien d’anormal de faire attention aux rhumes, otites, affections bénignes qui peuvent occasionner des pertes auditives. Un autre facteur perturbant de l’articulant et de la parole du trisomique 21 est l’hypotonie (Diminution de la tonicité (tension) musculaire) des muscles bucco-phonateurs : langue, lèvres, joues, voile du palais.
IMPORTANT
LE PSYCHOLOGUE FERA UNE THERAPIE INDIVIDUALISE ET DETERMINERA LES PAS A SUIVRE

 

http://yves.dautelle.assoc.pagespro-orange.fr/dijon/ruter.htm