Sainte-Face: Histoire, légende et tradition ALICANTE ESPAGNE

ma yo

CROIRE OU PAS CROIRE JE NE SAIS PAS CHACUN SA CROYANCE LA JE VIENS VOUS RACONTEZ UNE TRADITION DE MA RÉGION D ALICANTE PAS PLUS J’AI FAIT DES RECHERCHE ET MIS CE QUI ME PARAIT LE PLUS SÉRIEUX,  APRES CHACUN EST LIBRE DE TROUVER LA VÉRITÉ OU LA LÉGENDE

Sainte-Face: Histoire, légende et la tradition

 Origines

L’origine de la tradition remonte au XV siècle , quand le prêtre de San Juan de Alicante,  Mosen Pedro Mena s’est rendu à Rome et revenu avec une toile ou on voyait  le visage du Christ et qui disait qui avait sauvé Venise de la peste .

Le prêtre apporte la toile de San Juan et il le dépose au fond d’un coffre.

Bien placé au fond, la toile sort  toujours à la superficie  les gens du village savent du miracle de la toile , alors de commun accords  décident  de faire de la toile un motif de vénération et la sorte en procession et font des des Rogatives au moi de  Mars 17, 1489  pour faire la demande de  pluie.

En chemin avec la toile attaché à  des batons comme un étandar proche de la chapelle de Los Angeles,  le curé qi portait le linge avec le visage de Christ sent que cela devient très lourd apporter et tout d’un coup quand le curé regarde vers le visage du Christ il voit qu’une grande larme sort des yeux peint dur la toile du Christ  .
Toutes les années il y a une pérégrination qui consiste de faire au moins les 8 km à pieds nus qui partirait de la Cathédrale d’Alicante jusqu’à l’ermite ou se trouve la toile

Me voila avec ma mère et mon frère une année que nous sommes venue de France exprès pour cette pérégrination

Ma mère à  fait les 8 km avec mon frère aux bras

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La guerre civile espagnole

Au début de la guerre civile espagnole de 1936-39, a commencé la persécution religieuse de l’Eglise catholique sur le côté républicain en raison de leur soutien et le soutien spirituel au coup d’Etat, avec de multiples meurtres de prêtres et de religieuses et incendies d’églises et de couvents.

Alicante,reste dans les zones républicaines, et ne fait pas une exception. Le 26 Juillet 1936,  militants communistes ont attaqué le monastère et l’église de la Sainte Face. Au péril de sa vie, Vicente Rocamora Onteniente accompagnée par le chef de village Alberola Ramos Antonio ( Tonic Santamaria) entrer dans le vestiaire après la rupture du verre et la Sainte-Face enlevé se cachant dans un panier d’achat, et qu’ils ont vu dans le pillage et la destruction Monastère de la relique était en danger. Après avoir passé la nuit dans la maison du chef du village, la relique est prise par le tram ou le véhicule local (selon la version) pour le Conseil du comté où il est stocké dans le coffre-fort.

LA TRADITION
A la fin de la pérégrination il y a une habitude c’est celle d’acheté UN BOTIJO petit ou grand  c’est un récipient pour l’eau, fait en argile blanche, couleur de la terre d’Alicante je sais aujourd’hui que c’est une autre tradition qui nous viens des arabes

JE PEUX ASSURER QUE L EAU A L INTEREUR DEVIENT FRAICHE

   

Le vestiaire de la Sainte Face était intacte, mais le reste de l’église a été détruite et leurs images et des autels brûlé par les communistes et les anarchistes militants. L’arche dans laquelle il se trouvait  les restes de Pedro de Mena, qui était dans l’église de San Juan à été brûlé le même jour avec des images et des autels de l’église paroissiale.

Après la guerre de civile , le monastère (qui avait été utilisé comme une usine d’aviation) est restauré et construit un nouvel autel, beaucoup plus spectaculaire que l’original, selon les plans de l’architecte Juan Ramos Vidal et grâce aux dons de Manuel Prytz . En 1989, il a fait une réplique de l’Arche de Mgr Pedro de Mena .

source photos http://www.alicantevivo.org/2008/03/la-santa-faz-un-paseo-por-su-historia.html