PERLITA MA CHIENNE HÉROÏNE

MAMAN ET PERLITA MA CHIENNE HEROINE

4

 

 

Un matin du mois d’Aout je suis venu à ce monde, très tôt et quelques heures après j’ai eu mon premier cadeau, un chien. Ni lui ni moi avons su presque  de nos existences, dommage

Aussi une semaine après une tortue m’a été faite en cadeau, des cadeaux étranges pour un nouveau né, oui en effet, mais ce petit Zoo était une idée de mon grand-père, pourquoi ?? Aucune idée, à vrai dire je ne lui ai jamais posé la question

De même que le chien, bon la chienne, la tortue et moi étions des inconnus, on se voyait de tant à autres mais pas plus, parfois je tardais des années à la rencontrer, elle se cachait dans la cave de chez mes grands-parents, et impossible de la dénicher

Ma chienne se nommait PERLITA(Perle) elle était un caniche blanc avec un peu de marron sur le museau, je l’ai vue en photo, elle était jolie, j’aurai bien voulu la connaître, mais sa vie a été tout un roman mais une histoire très courte mais une héroïne à vie

Nous étions en France, donc l’histoire nous fus raconté, à moi plus tard car j’étais une très jeune petite fille de trois ans quand le faite arriva et même que j’aurai vue et touché la chienne pendant mes vacances en Espagne ma mémoire rétrospective n’atteint pas un si jeune âge, pour cela je vais dire l’histoire telle on me la raconta un jour quand sa savoir pour qu’elle raison je me souviens de PERLITA,  et ma grand-mère me fait par de la même

J’adorais quand en Espagne ma grand-mère et moi faisions la sieste, on ne dormait pas on se racontait nos vie pendant l’année de séparation et je lui pose la question

-Dit moi, c’est vrai ce que je rêve parfois ? Je rêve que j’ai un chien qui va derrière moi, mais que  comme j’ai tant de peur je coure très vite, avions nous un chien avant ?

-Ma grand-mère rigolait, oui on avait un chien très beau, tu avais une chienne très belle

-Moi ??? Comment ça ??

Alors elle raconte ce que j’ai déjà dit mais elle ajoute :

– la pauvre est morte épuisé, elle était fatiguée de si long trajet. Tu te souviens du papa de ton grand-père ? Le papa Vicente

– Oui en effet, il est décédé quand j’avais 12 ans

– Oui lui, et bien cela faisait un temps que quand je faisais son lit je trouvais ses draps mouillé, alors je lui disais que peut-être il aurait besoin de voir un Docteur, car il ne retenais pas l’urine, il se mit très triste, et me supplia de rien dire à son fils, car il avait peur de  penser qu’il allait le refuser chez lui , car ce n’était pas lui qui faisait pipi au lit si non la chienne qui dormait avec lui, car il aimait pas être seul la nuit
Bien entendu je restais en pensant si c’était une histoire qui venait de me raconté ou que c’était vrai, dit ma grand-mère

– Tu lui as dit au grand-père ?
– Au début non, mais en vue que cela continuait de plus en plus et ayant peur qu’il soit tombé malade, un  soir étant dans le jardin ton grand-père et moi tout seul je dis qu’il conviendrait  qu’il parle avec son père pour qu’on puisse le mener au Docteur, car j’étais préoccupé, mais  qu’il se pourrait qu’en effet ce soit la chienne

Alors ton grand-père lui dit et il se nit à aller au Docteur et dit que c’est la chienne et qu’a lui rien de mal lui arrive. Le lendemain je conviens qu’il doit aller voir le médecin, en effet il avait un problème d’incontinence d’urine et qu’il fallait opérer (ma grand-mère ne savait pas ni le nom ni même qu’elle l’aurait su moi j’avais à l’époque aucune idée de ce que c’était la PROSTATE)

Ma grand-mère continue son histoire et me dit que le soir la chienne ne vient pas à la cuisine manger qu’elle l’appelle et ne vient pas non plus à son appelle, elle fait cela dans la rue, rien, elle demande si quelqu’un à vue la chienne et personne ne l’avait vu toute la journée
Deux jour  après au petit matin le téléphone sonne et mon grand-père le prend, une conférence téléphonique de l’époque de Madrid du chauffeur d’un des camions de ton grand-père lui dit qu’il croit qu’il arrivera le lendemain très tôt à Léon et que le voyage c’est bien déroulé
Pendant cette journée dit ma grand-mère j’ai chercher et chercher la chienne en vain rien de rien , alors je ne fais plus rien, car j’ai pensé qu’elle avait disparut sans plus et que peut-être elle reviendra par elle-même. Comme annoncé à l’heure de mangé ton grand-père reçois le coup de téléphone qui lui annonce qu’il est arrivé à destination le camion, mais il ajoute encore une autre chose
« « « MONSIEUR VICENTE (mon grand-père) lui dit le chauffeur quand j’ai enlevé la bâche du camion un chien blanc a sauté de lui, je n’ai pas pu bien le voir, mais il serait possible que ce soit celui que j’ai vue un jour chez vous ? Est-ce qu’ il vous manque ?

A ce que ton grand père lui dit oui cela va pour deux jours, alors le chauffeur lui dit alors je crois que c’est lui, mais comment est-il  monté sans qu’on puisse le voir ??

-Alors le grand-père fait quoi ? Lui dis-je

– Il me le dit, et je ne sais pas pourquoi je commence à soupçonner de ton arrière grand-père, mais je ne dis rien. Il avait tout écouté et ne disait absolument rien, il ne parlait pas si non qu’il était pressé de quitter la table, pour ce que je soupçonnais plus encore, alors deux heures après il sort de sa chambre,  ton grand-père était parti , et son père vient  me rejoindre à la cuisine , il était en larmes , en sanglotant il m’avoue que c’était belle et bien notre chienne et que c’était lui qui l’avait fait monté dans le camion sans que personne le voit, car il était jaloux du chien, il disait que son fils aimait plus le chien que lui
-Ah bon !!  Je lui dis à ma grand-mère super surprise, mais comment il a pu faire cela ??

Je ne sais pas,  chose de l’âge, oui la jalousie, la peur, je ne sais pas, mais je n’ai rien dit à ton grand-père car il se mettrait trop en colère avec son père et le pauvre homme était âgé et malade.

Trois jours après et sans rien savoir de la petite chienne j’écoute une voisine qui m’appelle dans la rue me dit ma grand-mère, je sort continue ma grand-mère avec son histoire, et qu’elle est ma surprise que sur la marche de la porte je trouve allongée notre chienne PERLITA, la voisine me dit Dolores,  je pense que c’est votre chienne, je l’ai vue arrivée par la fenêtre et elle venait en marchant très mal, pour cela je suis descendu vous avertir
Ma grand-mère se mit à pleuré et me dit, je prend la chienne au bras et elle me regardait avec des grands yeux essoufflé sans pouvoir respirer, je lui donne un peu d’eau, et je l’a met sur un coussin et elle reste sans bouger avec les yeux ouverts, mais elle ne respirait plus elle venait de mourir
Nous voila toute les deux aux larmes , une peine énorme m’envahit et je pose la question à ma grand-mère, combien de kilomètre il y a d’où elle est venu ?? et à ma grande surprise elle me dit presque 800 kilomètre

Elle avait fait exactement 763 KM pour venir à la maison en trois jours, elle a couru sans arrêt,  elle a trouvé le chemin elle ai rentré chez elle, même au risque de sa mort  comme ainsi fut
«  » »BRAVO PERLITA BRAVO J AURAI VRAIMENT VOULU ME RAPPELER DE TOI TU ES DANS MON CŒUR «  » »