PEÑISCOLA (Castellon communauté de Valencia) LE PAPE LUNA

Peñíscola (en castillan) ou Peníscola (en valencien), officiellement Peníscola/Peñíscola1, est une commune au nord de laCommunauté valencienne en Espagne. Elle appartient à la Province de Castellón et plus précisément au district de Vinaroz, dans la comarque du Baix Maestrat (nom valencien, Bajo Maeztrazgo en castillan). La langue dominante officielle est levalencien.

À la fin du Grand Schisme d’Occident, l’antipape Benoît XIII (Pedro de Luna, dit le cardinal d’Aragon) exclu d’Avignon d’où il régnait sur une partie de la chrétienté et qui n’était plus toléré que par l’Aragon s’y installa et y mourut après 19 années de résistance à Rome.

        

On trouve d’abondants vestiges archéologiques dans les environs de la presqu’île, dans les sites de Poaiget Els Barrancs, ce qui confirme la présence dans cette zone d’une population ibérique, ainsi que les contacts entre celle-ci et les marchands Phéniciens qui vinrent par la mer aux (VIIe siècle av. J.-C.-VIe siècle av. J.-C. ). S’installèrent probablement à Peñíscola les phéniciens venant de Tyr et peu de temps après les grecs. Plus tard Peñíscola vit arriver les carthaginois, les romains, les byzantins et les arabes.

Les témoignages écrits les plus anciens sur Peñíscola peuvent être trouvés chez Hécatée de Milet (VIe siècle av. J.-C.), Strabon (Ier siècle av. J.-C. ) et Avienus (IVe siècle) qui dans leurs descriptions de la côte, mentionnent la cité de Chersonesos, nom que donnèrent les grecs à la ville et dont le sens signifie péninsule.

  

Peñíscola, colonie grecque puis romaine, fut un port important par lequel transitèrent les produits manufacturés (céramique, tissus, armes, etc.) que les colonisateurs échangeaient contre du vin et de l’huile d’olive avec les Ibères qui peuplaient les montagnes de la côte.

Ce sont les romains, qui traduisirent en latin le nom grec de la cité (suivant les philologues, pene+iscola, «quasi île»), ce qui est à l’origine du toponyme actuel de Peñíscola.

Depuis l’an 718 date de la fin de la conquête par Tariq ibn Ziyad jusqu’en 1233, la cité de Peñíscola a vécu sous la domination musulmane. On ne connait que quelques rares détails de cette époque. Lesgéographes arabes font allusion à Peñíscola (qu’ils appelaient Banáskula ou Baniskula par adaptation du toponyme à leur langue); ils parlent d’un château inexpugnable près de la mer; ce château très peuplé, avait des fermes, des cultures, beaucoup d’eau et d’importantes salines. À partir de la forteresse, qui servit de frontière avec la chrétienté, les arabespratiquèrent la piraterie sur tout le littoral et réalisèrent des incursions dans le Royaume d’Aragon.

                                      

A cheval sur les xive siècle et xve siècle, le Grand Schisme d’Occident a marqué l’histoire de l’Église avec la présence simultanée de deux Papes. Un d’eux fut l’Aragonais Pedro Martínez de Luna, plus connu sous le nom de Pape Luna. Il succéda à Clément VII comme Pape d’ Avignon sous le nom de Benoît XIII, alors que l’autre Pape Boniface IX s’installait à Rome bénéficiant de l’obédience des anglais, desallemands et des italiens. Benoît XIII plaça le château de Peñíscola sous la juridiction du Saint-Siège, en le retirant à l’Ordre de Montesa. Destitué, le Pape Luna se réfugia à Peñíscola où il entrait le 21 juillet1411. Il y installa le siège pontifical et il convertit son château en palais et bibliothèque pontificaux tant pour lui que pour son successeur, Clément VIII, l’aragonais Gil Sánchez Muñoz, second Pape de Peñíscola. Après la mort de Benoît XIII le 23 mai 1423, Clément VIII fut élu à Peñíscola par les partisans du Pape Luna, et gouverna entre 1424 et 1429. Son abdication rapide mit fin au Grand Schisme d’Occident.