Pas devant les enfants

Ou comment ménager les enfants quand il y a de l’orage dans l’air

L’harmonie totale dans un couple est, comme tout le monde le sait, un idéal à atteindre plutôt qu’une réalité vécue quotidiennement. Pourtant, la plupart des gens souhaitent, au fond d’eux mêmes, le dialogue plutôt que la dispute, et désirent arriver à une entente sans verser de larmes ni briser de vaisselle. Mais comment faire pour protéger les enfants des inévitables chicanes de couple?

Il arrive que la liste des discriminations réciproques soit assez longue. On dirait parfois que ces plaintes parsèment comme de la mauvaise herbe notre jardin amoureux. La mauvaise herbe, nous le savons bien, a comme caractéristique de… repousser sans arrêt, malgré tous les traitements. La dispute sans témoin est une chose, celle devant témoins en est une autre.

Les enfants face aux disputes de leurs parents

Plusieurs recherches ont clairement démontré qu’il est plus dommageable pour les enfants de vivre dans un climat perpétuel de conflits exacerbés que de voir leurs parents se séparer.

Les enfants ont besoin de sécurité et d’amour. Les conflits répétés et excessifs des parents augmentent de façon importante leur stress et provoquent chez eux des réactions diverses: problèmes de sommeil ou d’alimentation, nervosité importante, pleurs plus fréquents, agressivité, retrait social, problèmes de comportement, difficultés à apprendre.

Par contre, les enfants vivant avec des parents qui évitent constamment et à tout prix les conflits sont extrêmement démunis dans leur vie sociale. Ils apprennent ainsi qu’un conflit est quelque chose de si «dangereux» qu’il vaut mieux abdiquer que de combattre, et qu’il est interdit de s’affirmer. Toute leur énergie est mobilisée pour éviter les problèmes plutôt que pour les régler.

Les querelles entre parents sont d’autant plus inquiétantes pour les enfants d’aujourd’hui qu’ils n’ignorent pas la possibilité d’une séparation. Même s’il s’agit parfois de la meilleure solution pour les adultes, aucun enfant ne la souhaite. Aucun enfant ne désire l’éclatement de sa famille.

La résolution des conflits

Les conflits entre parents font partie de la vie familiale. Lorsque les disputes sont peu fréquentes et non destructrices, les enfants en retirent des leçons qui sont utiles à leur évolution personnelle. Ils apprennent:

  • à réagir spontanément lorsqu’ils sont en désaccord avec quelqu’un
  • à s’affirmer
  • à négocier un compromis valable
  • à exprimer leurs émotions et à en contrôler l’intensité
  • à vivre en société
  • à se défendre contre des sentiments difficiles (peur, anxiété, tristesse, etc.)

Comment protéger les enfants des disputes conjugales

  • Réagir spontanément dans les situations quotidiennes qui entraînent de petits conflits
  • Lorsque le ton commence à monter et que vous sentez que le conflit touche une corde très sensible, arrêtez-vous et dites: «Je ne suis pas d’accord avec toi, mais je ne veux pas en discuter maintenant.» Allez marcher avec votre conjoint ou attendez que les enfants soient dehors, chez des amis ou endormis pour reprendre votre discussion. De toute façon, un petit délai aura probablement refroidi vos ardeurs et vous donnera une chance de vous parler vraiment et, surtout, de vous écouter mutuellement.
  • Si le conflit prend de l’ampleur malgré tout, demandez aux enfants de s’éloigner et dites-leur que vous avez quelque chose à régler entre vous et que cela ne les regarde pas. Lorsque l’orage est passé, allez les retrouver. Votre présence les rassurera. Répondez à leur questions, mais ne faites pas un compte-rendu détaillé de votre dispute.
  • À l’occasion, parlez avec vos enfants des chicanes qui surviennent entre enfants, entre parents ou entre adultes, en expliquant de quelle façon on peut résoudre un problème de façon pacifique.

Ces stratégies, si idéales qu’elles puissent paraître, ne sont pas des recettes magiques, mais des moyens pour résoudre des conflits. La peine, la colère et l’anxiété sont notre lot à tous; elles sont la preuve que nous sommes des êtres humains et pas des robots. Les conflits peuvent nous détruire ou, au contraire, nous faire progresser.

Enfin, il faut souligner que les enfants ne peuvent pas vivre dans un monde aseptisé. Ils ne peuvent non plus être protégés de toutes les peines. Si c’était le cas, ils seraient de petits êtres bien vulnérables. Toutefois, plus ils sont jeunes et plus ils doivent être préservés des stimulations trop fortes qu’ils sont incapables de filtrer. On doit leur épargner la violence, l’indifférence et la méchanceté verbale gratuite. En vieillissant, ils apprendront à s’affirmer, à s’exprimer et à négocier des compromis. Ils découvriront tout cela au sein même de leur famille en regardant, notamment, la façon dont leurs parents règlent les chicanes quotidiennes, les petites comme les grosses.

Les disputes les plus difficiles à vivre pour les enfants

  • Les disputes à leur propos et en leur présence: «On sait bien, Marie est comme toi, égoïste et menteuse, tu peux bien la défendre!»
  • Les querelles avec violence physique et verbale
  • Les disputes avec menace de violence ou de séparation
  • Les chicanes au cours desquelles un parent les prend à témoin: «Tu vois comment il est ton père! Même pas capable de respecter ses promesses!»
  • Les chicanes à répétition…sans espoir de solution.

Stratégies gagnantes pour résoudre un conflit

  • Admettre la possibilité d’opinions différentes
  • Écouter vraiment ce que l’autre a à dire sans l’interrompre
  • S’exprimer le plus sincèrement possible
  • Parler des idées, mais aussi des sentiments sous-jacents
  • Envisager toutes les solutions possibles au conflit
  • Chercher le compromis, pas le pouvoir
  • Respecter l’autre et se respecter soi-même
  • Choisir une solution qui peut convenir aux partenaires
  • Se fixer un temps pour discuter de nouveau du problème après la mise en place de solution
  • Appliquer la solution choisie
  • Réévaluer la situation et modifier la solution si nécessaire
  • Source: Extrait du livre Du côté des enfant