N°3-VICTIMISATION DE L’ENFANT A L’ECOLE PRIMAIRE

Suite Auteur : Sonia Fischer,Vanessa Bollier 406,402
Travail de maturité 2005, Collège Calvin Maître responsable:
François Lombard
1.9. Profil du bouc émissaireTraits qui caractérise souvent (mais pas toujours) le bouc émissaire:
la violence et le langage agressif ou brutal les rebutent
ils ne savent pas comment ils doivent réagir à l’agressivité des
autres
ils sont plutôt faibles physiquement
ils sont plutôt introvertis
ils ont tendances à se comporter de manière docile ou serviable
ils ont peu d’assurance dans leurs contacts sociaux
ils sont souvent plus angoissés que les autres enfants
ils n’osent pas s’affirmer et défendre leurs propres intérêts
ils ont peu d’estime de soi et ils finissent par croire que les
autres ont le droit de les tracasser («parce que je le mérite»)
ils se sentent plus souvent seuls que les autres enfants (parce qu’il finissent par perdre presque tous leurs amis)
ils ne perçoivent pas très bien les règles ou les normes qui
prévalent au sein d’un groupe ils réagissent de manière peut adéquate quand ils sont mis sous pression:
– en fondant en larmes
– en se conduisant d’une manière servile,
– en se mettant à dénoncer ou en recourant à des flatteries
(ce qu’aucun groupe n’accepte),
– en essayant de se racheter (par des friandises, de l’argent ou d’autre
cadeaux)
– en essayant sans succès d’imiter les brimeurs
1.9.1. Comment reconnaître le bouc émissaire?
a) En dehors de la maison:
Signaux primaires:• les victimes sont souvent traitées durement par les autres
enfants (elles sont humiliées, raillées, on leur fait de la peine, elles sont traitées inamicalement, subissent des moqueries, elles sont exclues)
• les victimes ne réussissent pas à se défendre
• les vêtements et les autres effets des victimes sont salis,
détruits, endommagés ou «disparaissent»
• les victimes portent des traces visible de leur tabassages:
hématomes (sur le bas des jambes, le dos, le visage, les bras, les parties sexuelles), égratignures, vêtements déchirés,…
• Signaux secondaires:
• les boucs émissaires sont souvent seuls, ont peu ou pas de
camarade de jeu ou d’amis qui recherche leur compagnie;
• lors de la formation d’équipes, ils sont souvent les
derniers choisis ou sont laissés de côté
• ils cherchent la compagnie rassurante du prof, surveillant,
moniteur
• ils sont crispés, angoissés, manque d’assurance, ils
préfèrent passer inaperçu
• ces enfants ont l’air abattu ou dépressifs: ils semblent
peureux, malchanceux, larmoyants; sans raison visible, ils se comportent comme des chiens battus;
• ils sont souvent absents, soit dans le sens littéral, soit
dans leurs pensées
• certaines victimes s’arrangent pour n’arriver à l’école
qu’au tout dernier moment (ou même trop temps) et s’en vont immédiatement après le cours évitant ainsi la persécution à la cour de récréationb) A la maison

Signaux primaires:
• rentrer à la maison avec des vêtements froissés ou déchirés, avec
des livres endommagés, avec des lunettes brisées ou un vélo cassé
• des bleus, les cheveux arrachés, des égratignures et
d’autres blessures qui ont été causées de façon anormale

Signaux secondaires:
• n’avoir que peu ou pas de contacts extrascolaires avec des
camarades de classe ou des amis
• n’avoir aucun véritable ami avec qui passer son temps libre
et avec qui on cherche spontanément un contact régulier
• être rarement, voire jamais invité à des petites fêtes et
n’éprouver aucun besoin d’en organiser soi-même (ils sont ou se sentent peu populaire); avoir peur ou être terriblement stressé à l’idée de devoir retourné à l’école après le week-end ou après une période de vacances: migraines, maux de gorges, d’estomac, crampes, pertes d’appétit, allergies
• choisir un trajet inhabituel pour se rendre à l’école ou
pour revenir à la maison; ils partent très vite ou particulièrement tard à l’école
• avoir un sommeil agité (cauchemars, insomnies), se réveiller
trop tôt
• manquer d’assurance, surtout en société, et se faire aussi
discret que possible
• perdre tout intérêt pour le travail scolaire; leurs résultats reculent
• avoir souvent peur, être triste, découragé ou présenter des
changements d’humeur imprévisibles, accompagnés de brusques et soudain accès de colère
• demander ou voler des friandises ou de l’argent pour
amadouer le persécuteur.

1.10. Caractéristiques des agresseurs types

Ils se distinguent par leur agressivité envers leurs «pairs», mais
ils sont aussi agressifs envers les adultes que ça soit leurs
enseignants ou leurs parents. Ils ont généralement une attitude plus affirmée à l’égard de la violence ou du recours aux moyens violents. Ils se caractérisent aussi par leur impulsivité et un besoin de dominer les autres, ils éprouvent peu d’empathie à l’égard des victimes. Image plutôt positive d’eux-mêmes. Pour garçons constitution physique plus forte que les autres garçons en général, et que les victimes en particulier.
• Les éventuelles sources psychologiques déterminant le
comportement d’agresseur suggère trois motifs que l’on pourrait liés.
• Le besoin de domination que ressentent les agresseurs.
• Le contexte familial
• Le besoin d’obtenir quelque chose.

1.11. Profil du persécuteur
Le persécuteur:

• développe aisément une attitude positive vis-à-vis de la
violence, l’agression ou l’utilisation d’un langage grossier;
• imite volontiers un comportement agressif se montre plus rapidement agressif, recourt à la violence, développe comportement détestable dans le but d’humilier l’autre est plutôt extraverti, il agit directement selon ce qu’il
pense ou ressent, impulsivement fait connaître ses propres idées et ne se laisse pas faire a la manie d’interpeller les autres ou de les dominer et veut de cette façon exercer un contrôle est moins sûr de lui qu’il n y paraît.
• Réclame de l’attention en jouant au héros macho, voulant
être en point de mire, est rapidement jaloux
• Dans la plupart des cas, est d’un physique solide ou
s’entoure d’amis «baraqués» qui respectent ses vues et éprouve des difficultés vis-à-vis des règlements, restrictions et limites (propres ou imposées)
• Evalue les situations mais également les effets de son
propre comportement erroné, éprouve des difficultés vis-à-vis du stress, de la tension qui surgit de l’extérieur (ainsi les interrogations, l’agressivité des parents, l’effort au travail,…;): cela mène une fois de plus à une «angoisse par défaut» négative, c’est selon la manière dont il vit
l’insécurité d’une situation qu’il éprouvera le besoin de se défouler sur un bouc émissaire
• Il n’est pas nécessairement plus bête ou plus malin que les
autres (se situe dans la moyenne), jouit du respect mais principalement par la peur et non par la considération
• Il est parfois lui-même la victime d’une situation (~ 4% sont
eux-mêmes persécutés)
• Il a une très faible faculté de se mettre dans la peau de
l’autre, se préoccupe constamment de lui-même et tient à peine compte
des autres.
1.11.1. Comment reconnaître le persécuteur?
Caractéristiques générales de son comportement, la plupart se font remarquer par:
• leur physique solide; leur attitude ferme et imposante
• leur besoin de dominer les autres: les choses doivent
toujours se passer comme ils en ont envie et ils font difficilement des concessions
• leurs réactions impulsives et agressives (surtout lorsqu’ils
sont face à une opposition)
• leur esprit de contradiction face aux (valeurs des) adultes
• leur incapacité à se mettre dans la peau de l’autre
• leur regard essentiellement positif sur eux-mêmes
a) En dehors de la maison:
• les persécuteurs tourmentent les autres enfants (le plus souvent toujours le même) d’une manière brutale: ils se moquent, font de la peine, commandent, répandent des ragots à propos de leurs victimes, les excluent, font pression, détruisent leurs affaires, ils s’entourent de préférence de quelques compagnons de la même trempe et choisissent les enfants les plus faibles pour les persécuter systématiquement
• ils aiment être populaire et forcent les autres au respect
(«qui oserait être contre nous?») les filles pratiquent la persécution d’une façon beaucoup plus sournoise que les garçons, elles répandent des ragots, monte les autres contre leur victime par des mensonges ou des demis vérités, lui arrache une amie, excluent continuellement leur victime ou l’ignorent…
b) A la maison
Généralement le persécuteur ne dit rien de son comportement, il
mène parfois une «double vie». A l’extérieur il aura son comportement agressif alors que chez lui il aura un comportement sage et soumis, la plupart ne peuvent dissimuler leur «véritable nature» (comportement social négatif)

Signaux primaires:
• Le persécuteur peut avoir des bleus, égratignures, blessures ou vêtement déchirés issus probablement de la rébellion de la victime. Dans le journal de classe il apparaîtra peut-être des remarques mentionnant des bagarres ou conflits dans lesquelles l’élève aurait été impliqué.
Signaux secondaires:
• le persécuteur s’en prend de manière répétée à un membre de la famille plus jeune (ou même à un de ses parents!)
• jouer ou travailler avec d’autre enfants lui est très
difficile: il veut continuellement dominer les autres et se comporte de manière à ne pas être dépendant du hasard ou de l’incapacité des autres.
• A la maison également, il réagit de manière plus impulsive
et agressive. Il accepte difficilement d’être critiqué ou remis en cause. Dans ce cas, il se met facilement en colère. L’image positive qu’il a de lui-même ne peut pas être remise en question.
• Les persécuteurs sont surtout préoccupés de leur propre
personne: que tout se passe comme ils le veulent, qu’ils se sentent bien, Il leur est particulièrement difficile de se mettre dans la peau d’un autre (ce qui leur donne une apparence de durs, de caïd, de sans pitié)
• Ils éprouvent aussi des difficultés à respecter les limites
qui leurs sont fixées par leurs parents et les autres adultes. Ils réagissent de manière révoltée et prennent le contre-pied.