Mon fils à un problème

Voila le résulta d’une réflexion d’un père, et bien sur d’une mère, Il s’agit bien sur, d’un enfant qui ne montre aucun intérêt pour ses études, aucune envie d’étudier mais par contre une grande envie de jouer sans arrêt, je vous met un exemple très courant de la vie quotidienne.



Quand on vient à ce monde, on apporte beaucoup de chose déjà dans nos gènes, donc dans notre intérieur, disons, que nous sommes comme les diamants que l’on trouve et qu’il faut polir, tailler et donner la forme, tous seuls ils n’ont presque aucune valeur.
Nous allons faire une histoire d’un jeune couple avec son premier enfant au début.
Nous voila dans ce monde, on commence par savoir certaines choses essentiel, que, si on pleure beaucoup, notre mère ou quelqu’un viendra nous voir, nous nous savons que nous n’avons ni faim, ni soif, ni nous avons Sali la couche, mais la maman ne le sait pas, alors, elle cherche le pipi, elle regarde sa montre donc elle découvre que ce n’est pas l’heure de donner aucun biberon, mais par contre elle s’aperçoit que pendant qu’elle a son bébé dans ces bras celui-ci cesse de pleurer.

Il est tout mignon, si gentil, si amusant, il sourit déjà beaucoup, hummmm !!! On l’adore, lui aussi il vous aime, et beaucoup car seul travail est de vous montrer cet amour et que surtout vous lui montrez, très souvent, il a sorti sa balance et il commence a peser son entourage.
Et il grandit, les jouets sont par toute la chambre et lui il est seul dans son petit parque, alors vous maman vous vous dédiez avec un grand sourire à lui remettre tous les jouets à l’intérieur, une, deux, trois, et dix fois, le bébé s’amuse énormément, et si vous arrêtez il commencera à pleurer, et vous ne voulez pas que votre enfant pleure, alors vous continuez jusqu’à que vous n’en pouvez plus , mais surtout car lui il c’est endormi épuisé par l’effort de renvoyer ses jouets hors de son lieu, il vous tient, il à clairement pris la balance et vous pèse, car c’est lui qui a dit je ne veux plus jouer, j’en ai marre, pas vous.


Il arrive le jour pour certain d’aller à la maternelle, il faut le réveiller tôt, lui donner son petit déjeuner, l’habiller et se mettre en route, une tâche d’une heure du normal devient une corvée de trois heures.
On lui met le biberon dans la main on met l’enfant sur sa chaise devant la télé.
Là, nous pouvons avoir deux réactions de la part de l’enfant, il s’endort, et il ne boit pas par lui-même son biberon, ou il se distrait de telle somme qu’il ne boit pas le biberon, ce qui désespère à la maman qui par contre elle n’arrête pas de bouger par la maison, le papa cela fait un temps qu’il est sortit au travail, la maman aussi doit sortir. Prenons le modèle d’une femme au foyer entre 25 et 30 ans.
Elle appelle son fils de temps à autre pour lui dire, Pascale boit ton lait, le cri fait réagir à l’enfant et comme un automate il suce la tétine, et un instant après il reprend sa position.

Sa maman rentre dans le salon ou est son enfant et le voie ou endormie ou comme un somnambule fixe sur la télé biberon à la main mais sans rien boire, et lui crie à plein poumon, BOIT.., il commence à pleurer et alors la maman sent une grande pitié pour son enfant et coupable car elle vient de lui crié et elle l’a fait pleurer, elle s’approche et lui dit en toute douceur, « tu en veux plus mon chou-chou, mon trésor ? » et l’enfant qui n’en veut pas lui fait signe avec la tête que oui qu’il n’en veut pas, alors sans plus on le fait descendre de sa chaise et on lui met la veste pour aller à l’école.
Nous voila à la porte de l’école, l’enfant est porté en bras et sa maman lui dit pour le rassurer et le convaincre les choses suivantes : Voila maman te laisse un petit moment ici, après je reviendrai te chercher, dans un tout petit moment, l’enfant qui ne connaît personne, qui voie plein de gens qui bouge des enfants qui pleure, d’autres qui crient, commence à pleurer, alors la maman le regarde et lui dit, tu ne veux pas rester ici un petit moment ? tu veux venir avec maman,, l’enfant déjà à ce point à compris qu’avec un petit peu plus de pleur il repartira avec sa maman , alors il commence à pleurer encore plus fort, OHHH !! Ce dit la maman, je suis une maman horrible, je veux lâcher mon fils sans plus, non mon cœur ne pleure pas aller on rentre demain sera un autre jour ok ?
Alors l’enfant soulager laisse automatiquement de pleurer s’accroche au cou de sa mère et se dit, Voila c’est fait.
Et cela recommence le lendemain et encore le lendemain et ainsi peut être le reste du cour, bien sur lui il gagne son jeu à partir du 2éme mois d’aller et venir, alors les parents se disent, bon on ressayera l’année prochaine
Comment le faire alors…………..