Maltraitance : 3. Les types de maltraitance….

J’AI CHOISI CE SITE POUR VOUS OFFRIR CE SUJET CAR IL ME PARAIT TRES BON ET TRES INTERESSANT J’ESPERE QU’A VOUS AUSSI MERCI 

 

 

Maltraitance : 3. Les types de maltraitance….

TOUTE MALTRAITANCE A ENFANT EST UN ABUS DE POUVOIR DE L’ADULTE VIS A VIS D’UN ENFANT

Un enfant maltraité est un enfant victime de sévices, de la part de ses parents ou des personnes qui en ont la charge :

* SEVICES PHYSIQUES

  • Brutalité
  • Fractures
  • Hématomes, ecchymoses
  • Brûlures, morsures, griffures
  • Epanchements crâniens sous-duraux
  • Lésions viscérales par éclatement, hémorragies.
* SEVICES PSYCHOLOGIQUES

  • Humiliations, injures, brimades.
  • Comportements sadiques, pervers.
  • Manifestations de rejet
  • Abandon affectif
  • Exigences disproportionnées à l’âge et au développement de l’enfant
  • Punitions excessives
  • Refus de subvenir aux besoins de socialisation
* SEVICES SEXUELS

  • Viols, incestes
  • Attouchements
  • Exploitation à des fins de prostitution
  • Pornographie
* NEGLIGENCES GRAVES

  • Absence de soins
  • Inadéquation des soins par rapport à l’âge et au développement de l’enfant.

 

Un enfant peut aussi être victime de maltraitance de la part de personnes ou de groupes extérieurs à son entourage familial : * Exhibitionnistes, * Violences institutionnelles,* Bandes délinquantes, racket. * Kidnapping.

CONSEQUENCES A COURT ET MOYEN TERMES : Ces violences entraînent des lésions physiques, des troubles de l’état général et du développement psychoaffectif et social del’enfant.

 I. LA NEGLIGENCE

Le terme de négligence décrit le fait que les enfants qui doivent être nourris, qui ont besoin de soins, d’hygiène, de surveillance et de protection de la part des adultes ne recoivent pas ou pas suffisamment les soins indispensables à leur survie et à leur bien être qui en sont alors compromis ou gravement atteints.

Dans les cas graves, la négligence des enfants en bas âge peut entrainer la mort par sous-alimentation ou par infections. Il faut s’attendre aussi à de graves retards dans le développement psychique.

 II. LES MAUVAIS TRAITEMENTS PSYCHIQUES

Les mauvais traitements psychiques désignent des actes et attitudes répétés qui terrorisent l’enfant, l’humilient, l’offensent, le surmènent et lui donnent l’impression d’etre rejeté, d’être sans valeur. En font partie les menaces de suicide, les menaces de quitter l’enfant ou la famille. Il importe, pour évaluer les mauvais traitements psychologiques, d’observer les inter-actions entre les adultes et les enfants concemés.

Les mauvais traitements psychiques peuvent notamment causer de graves troubles de la croissance et du développement.

III. LES MAUVAIS TRAITEMENTS SEXUELS

Le terme « mauvais traitements sexuels » désigne l’abus d’enfants et d’adolescents dépendants qui n’ont pas atteint leur maturité et qui sont incapables de consentir de façon responsable à des invitations d’ordre sexuel dont ils ne comprennent pas la portée. L’adulte abuse de son pouvoir et de son autorité au détriment de l’enfant

Il s’agit d’actes tels que la mise à nu ou l’attouchement des organes génitaux, la pénétration vaginale, anale ou orale, la pornographie, l’incitation à la prostitution, etc…

Les abus sexuels peuvent entraîner de sérieuses lésions physiques: déchirures du vagin ou du sphincter anal, lésions buccales, maladies vénériennes, grossesses à risques, etc. Des études publiées récemment révèlent que des personnes qui ont été abusées sexuellement au cours de leur enfance souffrent plus tard de troubles psychiques importants et durables (pouvant notamment les conduire au suicide).

IV. LES MAUVAIS TRAITEMENTS PHYSIQUES

Par mauvais traitements physiques, on entend des actes de violence tels que les coups, les heurts, les secousses, les brûlures par des solides ou des liquides, les empoisonnements, etc.

La gravité des lésions physiques ne dépend pas seulement de la violence des actes commis par les parents, mais est fortement reliée à l’àge de l’enfant. Chez les enfants en bas àge, la quasi totalité des actes de violence laissent des traces sur le corps. chez les enfants plus âgés, les châtiments corporels peuvent être difficiles à détecter, même s’ils sont administrés depuis longtemps. Les mauvais traitements physiques peuvent causer des dommages physiques et psychiques.

Ces quatre types de mauvais traitements ne peuvent pas être clairement dissociés les uns des autres, étant donné que lors d’abus physiques ou sexuels ou de négligence, l’atteinte psychologique de l’enfant existe ipso facto (par exemple: l’enfant éprouve une peur constante d’être frappé)

http://iufm74.edres74.ac-grenoble.fr