L’ORIGINE DU PEUPLE BERBERE

La langue berbère est l’une des plus anciennes langues de l’humanité.  Elle est, actuellement, parlée par les autochtones de ‘Afrique du Nord. M. Henn thole, diplômé de l’institut d’Ethnologie et de l’Ecole d’Anthropologie de l’université de Paris, écrit dans Son livre Les Touaregs du Hoqgar: 

Malgré les invasions puniques, romaines, vandales, byzantines (ajoutons arabes), la langue libyenne ne semble pas avoir été altérée par las influences étrangères et n’a fait que retenir de chacune quelques termes qu’elle a adoptés. Dans Sa forme moderne. c’est-à-dire berbère. elle est encore parlée dans les oasis égyptiennes de Siouah et d’Augilia. à Sokna dans le Djebel Nefouza, à Djerba, dans l’Aurès, en Petite Kabylie, aux environs de Lalla Marnia. dans de nombreuses tribus au Maroc, en particulier chez les Chleuhs, dans certaines villes sahariennes comme Ghadamès. Glot, Ouargla, au MZab, dans quelques oasis de la Saoura et, enfin, chez les Touaregs.

 

De récentes découvertes anthropologiques nous permettent maintenant de mieux expliquer l’origine et la provenance du peuple berbère. A la lumière de ces découvertes, il semble que ce peuple pourrait être considéré comme la souche d’où se seraient détachés les rameaux humains qui forment, actuellement, les diverses races blanches du Globe. Des anthropologistes éminents s’accordent, en effet, pour placer le berceau de humanité an Afrique.  C’est ce qui ressort des travaux, notamment du Professeur Leakey au Kenya et au Tanganyika

Précisons que cette communication du Professeur C, Van Riet Lawe a été rapportée par M. Eugêne Guernier dans son livre L’apport de l’Afrique à la pensée humaine, qui affirme lui-même dans ce même livre:

Les doutes ne sont plus permis. L ‘Afri­que, en l’état actuel de la science, peut être considérée, non seulement comme le berceau de l’homme et de sa conscience, mais encore comme l’atelier où » l’homo Faber» a fait les premiers outils dont il a diffusé l’usage à travers l’Europe et l’Eurasie, C’est aussi en Afrique que devaient naître plus tard « l’homo artifex » et « l’homo sapiens’.

Ces affirmations de savants anthropologistes, dont on ne peut nier l’autorité en ce domaine, nous permettent de déduire, en toute logique, que les premières formations sociales se sont constituées au Nord de l’Afrique, ainsi que les premiers moyens d’expression.