L’obésité : prévenir plutôt que guérir

L’obésité :
prévenir plutôt que guérir
Dans nos sociétés occidentales, de plus en plus d’enfants souffrent d’obésité. Cette page a pour but de participer à la prévention de l’obésité chez l’enfant 

En effet, si l’obésité est déjà installée, le recours à un médecin est alors impératif. Car si l’obésité est le plus souvent, à l’origine, un problème psychologique, elle devient vite, si la prise de poids est trop importante, un problème médical. Maigrir doit alors se faire, dans ce cas, sous surveillance médicale à laquelle il est souvent préférable d’associer une aide psychologique

Donc, il est sage de ne pas attendre que le problème ait pris trop d’ampleur pour penser à changer les habitudes alimentaires. En effet, le vieil adage : « il vaut mieux prévenir que guérir » convient tout à fait au problème de la prise de poids. Le retour du poids vers la normale en sera d’autant plus facilité.

L’enfance est une période où il est relativement facile d’affiner sa silhouette.

 L’enfant étant en pleine croissance, ses besoins quotidiens sont importants et les réductions alimentaires seront beaucoup plus modérées qu’elles ne le sont chez un adulte qui veut perdre du poids. Les parents ont donc le devoir d’inciter leur enfant à changer ses habitudes alimentaires quand la courbe de poids s’éloigne de la norme. Différence importante avec le problème de l’obésité chez l’adulte : chez l’enfant, il suffira bien souvent, non pas de maigrir, mais de ralentir la prise de poids pour résoudre le problème.

Ce sont les parents qui vont avoir un rôle primordial dans ces actions. Ce sont eux qui vont devoir soutenir l’enfant dans ses nouvelles habitudes alimentaires. D’abord parce que ce sont les parents qui maîtrisent les achats de produits alimentaires et décident des menus. Ils doivent donc s’imposer et ne pas se laisser dicter leurs choix par l’enfant. Bien sûr, le goût de l’enfant est à prendre en compte mais ses préférences devront s’inscrire dans les principes de base d’un bonne alimentation.

D’ailleurs, plus qu’un régime à observer, c’est un nouveau mode de vie qui va permettre de retrouver un poids qui se situe dans la norme. Car le régime draconien sur une courte période est à proscrire sauf cas particulier où l’enfant pour des raisons médicales doit perdre du poids rapidement. Pour mieux aider l’enfant, les parents devront eux-mêmes donner l’exemple. Adopter de bonnes habitudes d’hygiène alimentaire fera le plus grand bien à toute la famille;

Les grands principes sont connus de tous mais il n’est pas inutile de les rappeler :

-réduire les graisses (lipides). Se méfier des graisses cachées qui se trouvent en trop grande quantité dans les plats cuisinés vendus dans le commerce ou préparés à la maison : pizzas, pâtisseries, biscuits, viennoiseries frites, etc…

-réduire les sucres rapides (bonbons, confitures, sodas…), leur préférer les sucres lents : pain, céréales, féculents.

Privilégier :

-Les grillades pour l’apport de protéines animales…..lire la suite http://genevieve.cavaye.pagesperso-orange.fr/obesite.htm

Toute l information nous a été aimablement cédé par GENEVIEVE CAVAYE LAQUELLE NOUS REMERCIONS

titulaire du D.E.S.S. de psychopathologie clinique et du D.E.P.S. (diplôme d’état de psychologie scolaire).

Je propose ce service dans le but d’apporter des éléments de réponses aux questions que se posent tous ceux qui sont en contact avec les enfants : parents, enseignants, éducateurs.