LES TROUBLES DU LANGAGE

C’est en général en moyenne section de maternelle que les troubles du langage sont détectés, par la maîtresse, le médecin scolaire ou les parents. Même si parfois les problèmes disparaissent avec le temps, mieux vaut, au moindre doute, consulter un orthophoniste…
Il existe différents troubles du langage :

C’est en général en moyenne section de maternelle que les troubles du langage sont détectés, par la maîtresse, le médecin scolaire ou les parents. Même si parfois les problèmes disparaissent avec le temps, mieux vaut, au moindre doute, consulter un orthophoniste…
Il existe différents troubles du langage

Les troubles réversibles dits « fonctionnels », à l’origine d’un retard du langage :

• Le simple trouble d’articulation (comme le zozotement, le fameux « cheveu sur la langue »…

Il se traduit par la difficulté à prononcer certains sons, comme le « ch » remplacé par le « s » ou le « j » remplacé par le « z ».

Ce trouble, dû généralement à un mauvais positionnement de la langue, est sans gravité et peut s’estomper tout seul. Une rééducation peut être nécessaire, mais généralement pas avant 4-5 ans. L’idéal est de consulter quand l’enfant est en grande section de maternelle, pour que le problème soit réglé avant son entrée au CP.

• Le retard simple de parole

L’enfant manifeste un trouble de l’enchaînement des sons qui va souvent dans le sens d’une simplification du mot. Il garde une bonne structure de phrase mais, à l’intérieur des mots, certains sons ne passent pas très bien.

Un mauvais positionnement de la langue ou des lèvres peut expliquer ce retard de parole.
Une consultation chez l’orthophoniste avant le CP pourra aider l’enfant à régler ce trouble.

• Le retard simple du langage

En cas de retard simple du langage, la structure de la phrase est altérée. L’ordre des mots n’est pas respecté et, généralement, l’enfant ne fait pas de phrase complexe. Une consultation chez l’orthophoniste dès la moyenne section de maternelle peut être bénéfique, même si ce trouble peut aussi avoir une évolution spontanée favorable.

Une consultation chez l’ORL ?

En cas de retard simple de parole ou de langage, l’orthophoniste peut diriger les enfants chez un ORL (oto-rhino-laryngologiste) pour éliminer tout risque d’otite séreuse. Elle passe très souvent inaperçue alors qu’elle peut entraîner une petite perte d’audition pouvant freiner l’apprentissage du langage.

Enfant né avec une fente labiale palatine

Encore trop connue sous le terme de « bec de lièvre », cette malformation implique une rééducation, indispensable pour apprendre à l’enfant à bien placer sa langue et à bien utiliser tous les muscles de son visage. Il s’agit souvent d’une prise en charge sur du long terme.

Les troubles du langage à « traquer »

                

      

Pas question de laisser s’envenimer la situation ! Il est possible de dépister les troubles du langage et même de les prévenir…

Les troubles dits « non fonctionnels » • La dysphasie

La dysphasie est un trouble complexe du développement de la communication, qui touche à la fois l’expression et la compréhension. L’enfant n’arrive pas à manipuler le code du langage.

Le diagnostic de la dysphasie n’est généralement pas possible avant 5-6 ans. Il peut être suspecté quand l’enfant ne progresse pas, malgré la rééducation du langage qu’il a commencé. L’orthophoniste peut alors le diriger vers un centre référent du langage pour lui faire faire un bilan médical plus complet (avec un ORL, un neuropédiatre, un pédopsychiatre….

Si le diagnostic de dysphasie est posé, la prise en charge de l’enfant par un orthophoniste se fait souvent sur du long terme, avec 2 à 3 séances par semaine, et ce, sur plusieurs années. Une rééducation indispensable à l’enfant. A savoir qu’il existe différents types de dysphasie, dont les causes peuvent relever d’un trouble neurologique ou lié au développement.

• Le bégaiement

Il apparaît très souvent vers 3-4 ans et peut très bien disparaître tout seul. Pourtant, il ne faut pas banaliser le bégaiement. Mieux vaut consulter un orthophoniste pour aider son enfant à dépasser ce trouble.

En général, il donne d’abord aux parents des petits conseils qui peuvent suffire à régler le problème. En fonction de l’évolution du bégaiement, l’enfant peut être amené à consulter régulièrement mais, souvent, il ne s’agit pas d’une prise en charge sur du long terme.

A ne pas faire

– Ne pas faire répéter un enfant qui a des défauts d’élocution

– Ne pas faire de reproches à un enfant qui parle mal

A faire

– Reformuler avec des mots d’adulte les phrases mal dites par l’enfant pour qu’il puisse entendre et assimiler les formulations correctes

– Ne pas « parler bébé » à son enfant

– Ecouter les enseignants qui suspectent un trouble du langage, même si ce n’est pas toujours facile à accepter

– Rester à l’écoute de son enfant

Prévenir les troubles du langage

Envelopper son enfant dans « un bain de langage », un « bain de mots », lui parler, lui lire des petites histoires, lui faire écouter des comptines et des chansons… autant de bonnes attentions qui vont favoriser son langage. L’important, c’est aussi de le faire avec plaisir !

Une consultation chez l’orthophoniste n’est jamais inutile. Mieux vaut prévenir trop tôt que trop tard !

Pour en savoir plus sur les méthodes de prévention, âge par âge…

Des associations qui peuvent vous aider :

La Fédération nationale des orthophonistes : http://www.orthophonistes.fr

Le Comité permanent de liaison des orthophonistes/logopèdes : http://www.cplol.org