Les troubles du langage chez l’enfant.


Lorsque vous nourrissez votre enfant à la cuillère, présentez-la en diagonale dans la bouche, de façon à ce que la nourriture soit placée au centre Pour stimuler la mastication et les mouvements latéraux de la langue,
– Pour commencer, choisissez un moment où votre enfant est calme.

– Évitez de faire ces exercices au moment du repas.
– Utilisez des objets tels que des anneaux de dentition (striés, etc.), des aliments qui ne se décomposent pas en bouche (aliments durs que l’on peut mâcher sans qu’ils se cassent, fruits secs : morceaux de banane, de pêche, abricots ; bâtons de réglisse, etc.)
– Posez l’objet dans la bouche, entre les dents, le long de la mâchoire mais veillez à ne pas étirer les lèvres. Ne placez pas l’objet trop loin pour éviter que votre enfant n’ait des haut-le-cœur.
– Commencez par le bon côté puis passez à l’autre.
– Si votre enfant ne mâchonne pas l’objet, retirez-le légèrement et avec douceur, ou poussez-le vers le bas.
– Lorsque vous sentez que votre enfant n’a plus de difficulté à mordre un objet, faites de même avec des aliments. Commencez avec des aliments qui se dissolvent (boudoirs, meringues, Snax etc.).
– si votre enfant n’en casse pas un morceau avec ses dents,
détachez vous-même un morceau pendant qu’il le mâche. Ne forcez pas votre enfant à manger des aliments que sa bouche n’est pas prête à recevoir.
– Au fil du temps, utilisez des aliments plus élastiques.
– Activités de souffle encourageant la rétraction de la langue :
– souffler dans un sifflet
– souffler des bougies
– faire des bulles
– souffler sur des boules d’ouate ou des balles de ping-pong afin de les faire rouler sur
une table
Les exercices faciliteront également le souffle

Soutiens nécessaires au langage :

– boire avec une paille est également un bon exercice. Assurez-vous que l’enfant emprisonne bien la paille entre les lèvres plutôt qu’avec les dents. Cet exercice permet également le travail des muscles faciaux, les mouvements des lèvres, leur renforcement, la fermeté de la mâchoire, une plus grande autonomie au niveau de l’alimentation.

Idées pratiques pour exercer les mouvements des lèvres
Devant un miroir, faites des « houou » (comme les fantômes, les hiboux, les singes, le vent, etc.) et des « hiii » (comme des souris, etc.) en exagérant le mouvement des lèvres. Vous devrez peut-être pousser légèrement les lèvres d’une position étirée (comme pour un sourire) à une position ronde (comme pour un baiser).

Faites-lui faire des bisous. Vous devrez peut-être pousser légèrement les lèvres d’une position étirée à une position ronde. Mettez du rouge à lèvres ou du maquillage de grimage et faites lui faire des marques de bisou sur un miroir, un mouchoir en papier, une feuille, etc.
Aspirez à l’aide d’une paille. Emprisonnez fermement la paille entre les lèvres.

Faites des bulles, soufflez sur des boules d’ouate pour les faire avancer, soufflez dans un sifflet ou un mirliton, faites des bulles dans l’eau avec une paille, etc.

NOUVEAU NÉ À 2 ANS  

PROBLÈMES:  INTERVENTIONS: (L’ERGOTHERAPEUTE TRAVAILLERA)

L’enfant a de la difficulté à maintenir ou à adopter une posture contre gravité. Améliorer le contrôle de la tête dans diverses positions.

Faciliter les réactions posturales en utilisant des activités qui déplacent le centre de gravité et qui requièrent des réactions de protections (ex. à plat ventre ou assis sur un ballon d’exercice ou sur toute autre surface instable)

 

L’enfant a une diminution de force et de contrôle proximal l’empêchant: d’atteindre des jouets placés devant, au-dessus de lui, de rouler, de se traîner par terre à l’aide de ses bras et de ses jambes, etc. Améliorer le contrôle proximal des bras et des jambes afin que l’enfant puisse atteindre les jouets placés à côté de lui, suspendu au-dessus de lui, qu’il amène ses bras et ses jambes ensemble au milieu de son corps, qu’il puisse pousser contre ses avant-bras afin de soulever sa poitrine lorsqu’il est sur le ventre, etc.

L’enfant tourne toujours sa tête du même côté, utilise toujours le même bras/jambe pour s’aider à rouler, utilise toujours le même bras/jambe pour atteindre des jouets Prévenir les asymétries, en positionnant l’enfant de façon à tourner sa tête de l’autre côté, encourager l’enfant à rouler des deux côtés, encourager l’enfant à atteindre et manipuler des objets avec le bras/jambe qu’il néglige ainsi qu’avec ses 2 mains.

L’enfant est constamment sur son dos. Encourager l’enfant à se mobiliser (i.e. rouler, ramper, adopter la position 4 pattes, etc.) L’aide physique fournie peut être importante au début puis diminue au fur et à mesure que l’enfant développe un meilleur contrôle ou acquiert de nouvelles habiletés.

L’enfant semble peu intéressé par ce qui l’entoure, berce sa tête d’un côté à l’autre ou la cogne vers l’arrière. Faciliter l’organisation sensorielle. En utilisant des textures différentes pour masser ou caresser l’enfant, en utilisant des jouets de couleurs contrastantes (0 à 6 mois), de textures et de grosseurs variées. En utilisant des jouets sonores. En berçant l’enfant lorsqu’il est dans nos bras, en le plaçant sur un ballon d’exercice, etc.

En fournissant à l’enfant des stimulations sensorielles adéquates nous encourageons l’enfant à bouger davantage.

 

Diminution du contrôle oro-facial (contrôle anormal de la langue, de la mâchoire, des lèvres et des joues), beaucoup de liquide s’échappe de la bouche de l’enfant lorsqu’il au biberon, ne mange que des textures lisses, etc. Afin d’aider l’enfant à avoir un meilleur contrôle oro-facial, l’enfant sera bien positionné (assis droit) et la thérapeute utilisera des techniques pour faciliter la boit fermeture des lèvres ou la contraction musculaire orale et les mouvements de la langue.

L’enfant prend et manipule des jouets de façon grossière. Améliorer la préhension de l’enfant en encourageant des activités pour lesquelles l’enfant doit prendre appui sur ses avant-bras ou ses mains, qui requièrent diverses préhensions, etc.

L’enfant démontre peu de variété dans son jeu (il met tout jeux dans sa bouche même s’il a 20 mois) L’ergothérapeute guidera l’enfant à participer à des constructifs, encouragera l’enfant à imiter des gestes ou une activité (ex. Action-réaction), etc.

  

DE 2 ANS À 3 ANS  

PROBLÈMES:  INTERVENTIONS: (L’ERGOTHERAPEUTE TRAVAILLERA)

L’enfant a une diminution de sa force et du contrôle proximal l’empêchant: de bien manipuler des objets tels qu’enfiler des perles de bois, empiler des blocs, etc. Augmenter le contrôle proximal en utilisant des activités telles que faire la charrette, prise en charge sur les mains et les bras alors que l’enfant est à plat ventre sur un ballon, etc.

L’enfant est souvent penché vers l’avant lorsqu’il est assis. Améliorer le contrôle de la tête et du tronc lors d’activités telles que: faire des activités à plat ventre (casse-tête, griffonner, etc.)

L’enfant n’utilise pas encore le crayon et les ciseaux. Introduction à différents outils tels les ciseaux et le crayon (activités simples).

L’enfant participe à des jeux constructifs simples seulement. Introduction aux jeux constructifs plus élaborés et à des activités perceptivo-cognitives telles que l’apprentissage des formes, des grandeurs, des couleurs, des relations spatiales, du schéma corporel, des nombres, etc.

L’enfant enlève partiellement ses vêtements, il tient mal ses ustensiles lorsqu’il mange, etc. Augmenter l’autonomie chez l’enfant afin qu’il puisse enlever des vêtements sans fermeture, boutonner et déboutonner des boutons larges lorsque le vêtement est placé devant lui.

Encourager l’enfant à mieux tenir ses ustensiles (techniques pour faciliter).

 

Diminution du contrôle oro-facial Afin d’aider l’enfant à avoir un meilleur contrôle oro facial, l’enfant sera bien positionné (assis droit) et la thérapeute utilisera des techniques pour faciliter la fermeture des lèvres ou la contraction musculaire orale et des mouvements plus matures de la langue.

 

 

 

DE 3 ANS À 5 ANS  

PROBLÈMES:  INTERVENTIONS: (L’ERGOTHERAPEUTE TRAVAILLERA)

L’enfant utilise autant sa main droite que sa main gauche pour manier des objets, un crayon ou les ciseaux. Etablir la dominance.

 

L’enfant tient son crayon de façon non mature. Encourager l’enfant à tenir son crayon de façon mature.

Encourager l’enfant à isoler les mouvements de son bras (poignet-doigts).

 

Initiation aux activités de la pré-écriture (ex. Copier des formes et lettres simples, colorier avec direction et avec une plus grande précision).

 

L’enfant utilise seulement les ciseaux pour des découpages simples (non-orientés). L’acquisition des concepts perceptivo-cognitifs est immature. Encourager l’enfant à découper, à l’aide de ciseaux, sur des lignes étroites, des courbes puis des formes géométriques simples tout en stabilisant lhttp://www.t21.ch/t21_sante.htme papier avec son autre main.

Favoriser une meilleure acquisition des concepts perceptuels plus complexes (ex. Afin que l’enfant puisse identifier les directions telles que en-haut/en-bas, derrière/devant, reproduire des structures de blocs plus complexes, etc.)

 

Des difficultés sont notées au niveau du tonus musculaire, et/ou de l’intégration de réflexes primitifs, et/ou du contrôle postural, et/ou de la qualité des mouvements (plus particulièrement au niveau des bras), et/ou de la kinesthésie (perception du mouvement), et/ou de la proprioception, et/ou de l’intégration sensorielle et/ou du contrôle oro- moteur La thérapeute sélectionnera des activités afin de:

– Améliorer le tonus musculaire et le contrôle postural.

 

– Favoriser l’intégration des réflexes primitifs.

 

– Améliorer chez l’enfant sa perception du mouvement afin de favoriser une meilleure coordination.

 

– Favoriser une meilleure intégration sensorielle.

 

– Améliorer le contrôle oro-moteur.

 

L’enfant participe peu aux activités de la vie quotidienne. Promouvoir une plus grande autonomie dans les activités de la vie quotidienne, par exemple afin que l’enfant puisse manier une plus grande variété de fermetures, utiliser correctement et de façon appropriée des ustensiles, ouvrir et fermer divers contenants (ex. Boîte à jus)

L’enfant a peu de contacts avec d’autres enfants de son âge. Selon l’âge de l’enfant, l’intégrer dans une garderie ou dans un programme préscolaire, avec l’aide d’une éducatrice, afin de favoriser la socialisation, travailler des prérequis scolaires, etc.

 

 

 

ÂGE SCOLAIRE (5 ANS ET PLUS)  

PROBLÈMES:  INTERVENTIONS: (L’ERGOTHERAPEUTE TRAVAILLERA)

L’enfant démontre de la difficulté à manier son crayon, et/ou démontre une pauvre calligraphie. Les prérequis à l’écriture seront travaillés.

L’ergothérapeute outillera l’enfant, au besoin, d’adaptation pour faciliter la préhension du crayon, travaillera la force dans la main dominante et la dissociation des doigts afin d’exécuter des mouvements précis des doigts si jugé nécessaire.

 

Déterminera le besoin d’utiliser un ordinateur comme outil pour suppléer à une pauvre calligraphie.

 

L’enfant démontre des difficultés à intégrer des notions académiques qui sont reliées aux difficultés perceptivo- cognitives qu’il éprouve. Travailler les notions perceptivo-cognitives.

En collaboration avec l’orthopédagogue et/ou l’accompagnatrice de l’enfant et de ses parents, élaborer des stratégies afin de faciliter une intégration de ses notions académiques.

 

L’enfant démontre des immaturités développementales (ex. L’enfant est souvent couché sur son pupitre, n’aime pas écrire au tableau, met ses doigts constamment dans sa bouche, est facilement distrait, etc.). Travailler les acquis développementaux. Par exemple, proposer des activités qui pourront être faites en classe, ou lorsque l’enfant est seul avec l’accompagnatrice ou ses parents, afin de favoriser une meilleure intégration sensorielle, d’améliorer son contrôle moteur, d’améliorer l’acquisition des habiletés perceptivo-cognitives, de favoriser une plus grande autonomie au plan psychosocial (ex. Comportement, transition d’une activité à une autre, habileté sociale – attendre son tour, demeurer en rang avec ses camarades de classe, etc.)

L’enfant démontre des immaturités dans ses activités de la vie quotidienne (ex. S’habiller, manger à l’aide d’ustensiles, etc.) Revoir les stratégies pour faciliter l’habillement, l’utilisation d’ustensiles, etc., avec l’enfant. Si après maintes tentatives l’enfant n’arrive pas à acquérir une plus grande autonomie dans ses activités de la vie quotidienne, l’ergothérapeute peut suggérer l’utilisation d’aide à l’autonomie ou d’adaptations.

 

http://www.t21.ch/t21_sante.htm

 

www.anit-blida.com/orthophonie.htm