LES RITUELS DES TOCS

Petites manies, rituels incontrôlables, votre enfant est entré dans un cercle vicieux depuis quelques temps… Même si ce trouble porte un nom barbare, les TOCS (troubles compulsifs et obsessionnels), des solutions existent ! Il est plein de TOC !
Il se lave les mains 10 fois par jour, il lance ses chaussons avant de se coucher le soir, il faut qu’il vérifie l’étiquette du jus d’orange avant de le consommer, bref sa vie est hantée par des rituels de plus en plus envahissants…


Que se passe-t-il ?
Certains enfants deviennent prisonniers de ces petits rituels de plus en plus tôt et laissent les parents démunis face à ces manies chroniques et envahissantes…

Aux départs, invisibles, car noyés dans le développement psychomoteur normal, très vite, après 8 ans, les TOCS s’installent insidieusement dans le quotidien de l’enfant.
Les TOCS débutent dans 50% des cas pendant l’enfance, volontiers vers 6-7 ans (entrée au CP) et vers 12-13 ans à l’âge de la prébuberté avec souvent une dysmorphophobie (selon l’ AFTOC, l’association française des troubles obsessionnels compulsifs).
On estime à environ 1,9% le nombre d’enfant et adolescents de moins de vingt ans souffrant d’un TOC (selon Avigal Amar-Tuillier, journaliste et auteur d’un livre sur les TOCS chez l’enfant).
Les troubles sont souvent spectaculaires, envahissants et peuvent devenir très vite invalidants. La vie quotidienne est envahie par des moments consacrés à ces rituels allant jusqu’à occuper une à plusieurs heures par jour.

Leur prise en charge précoce semble totalement justifiée car seulement 10% des TOCS disparaissent spontanément.
Description clinique des TOCS :
– des rituels : compter, laver, vérifier, toucher, tout ranger de façon symétrique, ne pas pouvoir s’empêcher d’accomplir certains gestes ou actes

– anxiété forte

– obsessions : idées obsédantes

– tics compulsifs

 

La vie en TOC !
Dans sa forme juvénile, le TOC est encore plus grave en raison de son interférence avec le développement psychique et cognitif du jeune enfant.
[img]http://www.lecorpshumain.fr/corpshumain/img_fiches/psychologie/troubles_obsessionnels_2.jpg[/img]

Un manque de maîtrise de soi, une intolérance aux frustrations, l’impulsivité, les réactions agressives sont habituelles chez l’adolescent et à fortiori chez l’enfant du fait de l’immaturité de leurs instances psychiques. Donc, il n’est point étonnant que la symptomatologie du TOC chez le jeune enfant soit plus  » émotionnelle  » que cognitive, comme les colères par exemple, plus visibles chez les plus jeunes.
Dans cette classe d’âge, il est caractéristique d’observer l’émergence de la colère lorsque les rituels sont perturbés voire empêchés par un proche. Parfois, l’enfant demande l’aide d’un parent pour l’accomplissement d’un rituel : un refus se traduit alors souvent par une crise, révélant la montée d’angoisse devenant intolérable pour l’enfant ou l’adolescent.
Le quotidien des TOCS :

 

Dans la vie de tous les jours, les parents se rendent vite à l’évidence que leur enfant est en difficulté face à une manie bizarre. Ils regardent souvent leur petit s’enfermer dans un rituel qui envahit rapidement ces journées ou ces nuits.

 

 

 

 

 

Comme nous l’explique cette maman, « mon fils de sept ans se claque la tête toute les nuits non pas pour s’en dormir mais, dans son sommeil. Nous avons tout essayé, mais rien ni fait. Il a besoin de cogner la tête sur quelque chose de dur. Le changer de lit, le faire dormir entouré de cousin ou de couverture rien ni fait. Il recherche le contact d’une partie dure ».
Autres témoignages sur les forums de dejagrand.com :
« Mon fils de 8 ans a un toc depuis la rentré scolaire : il se lave les mains tout le temps. C’est dès le réveil jusqu’au soir. Au coucher, il trouve toujours une excuse. Par exemple en disant : j’ai de la poussière aux mains, ou j’ai les mains qui collent etc …. J’essaie de le résonner, rien ni fait … », nous confie une autre maman.
Autre témoignage qui va dans le même sens,

« Mon fils de huit ans a des tocs et des troubles tels que aller faire pipi toutes les deux minutes, se laver les mains après chaque contrariété, ou dès qu’il a touché quelque chose, il se coupe les ongles une vingtaine de fois par jour. Tout le dérange, il ne se met jamais assis sur les toilettes, même à la maison et refuse de refermer une porte avec ses mains, mais plutôt avec son coude. Il remet sans arrêt ses ours sur son lit, il a sa façon de ranger qu’il ne faut pas bousculer, il remettra plusieurs fois ses chaussons devant son lit avant de se coucher, enfin bref il a plusieurs manies qui parfois étouffent notre quotidien ! ».

 

Se débarrasser des TOCS

thumb-qu-est-ce-que-les-toc--1630.gif
Rien de plus difficile que de vouloir aider un enfant atteint de TOCS. Les parents eux-mêmes se sentent souvent démunis face aux nombreux entêtements manifestés par l’enfant.

Comment lui faire comprendre que l’on doit ranger la cuisine maintenant alors que lui ne peut pas la quitter car il n’a pas fini de ranger méticuleusement ses boîtes de céréales…
Souvent les enfants ritualisés passent pour des enfants très durs, capricieux et colériques.

Ces enfants ne font pas exprès de s’entêter et de rendre ainsi leurs parents nerveux. C’est un cercle vicieux où l’enfant et les parents s’usent rapidement, dans un quotidien qui devient infernal pour tous.

IMPORTANT
LE PSYCHOLOGUE FERA UNE THERAPIE INDIVIDUALISE ET DETERMINERA LES PAS A SUIVRE