LES CHAUSSURES TYPIQUES DE L’ESPAGNE

ancient-espadrille-old

Les chaussures pour les gens des villages et des champs étaient faites en corde et tissu ou simplement en corde

APRES L ARRIVEE MAURESQUE NOUS AVONS ETE LES PREMIERS AU MONDE A LA FABRICATION DES CHAUSSURES EN PEAU ET C EST MA VILLE D ALICANTE ESPAGNE QUI A EU CET HONNEUR

 

L’HISTOIRE

Histoire de l’espadrille

Les espadrilles sont des chaussures qui existent depuis des siècles voire des millénaires. Au musée archéologique de Grenade, on a conservé une espadrille trouvée sur des restes humains dans la « cueva de los murcielagos » (la cave des chauve-souris). On croit qu’elle aurait environ 4000 ans. Bien sûr, c’est une version très primitive de la chaussure que l’on connait aujourd’hui.

Cette sandale légère, faite de corde de jute ou de chanvre tressé et de toile de lin, nous est donc venue d’Espagne, où elle aurait été portée déjà au XIIIe siècle par les fantassins du roi d’Aragon. Son nom vient d’ « esparto », sorte de jonc (sparte) que l’on rouissait puis tressait à l’origine pour faire les semelles.

C’est au XVIIIe siècle que sa fabrication se répand dans la région. D’abord artisanale, la fabrication des semelles occupe de nombreux travailleurs à domicile. L’alpargatero (ou espadrilleur) s’occupait exclusivement de la semelle de corde, et les couturières, de la toile et des rubans. Au début du XIXe siècle, Mauléon (une ville française des pyrénées atlantiques) se lance dans la vente en grande quantité de la production des artisans. Les espadrilles sont d’abord portées par les militaires de la couronne catalano-aragonaise et ensuite par les curés. Vers 1880, la majorité des espadrilles sont vendues aux ouvriers des mines, mais aussi exportées en Amérique du Sud. C’est l’époque des « hirondelles » , jeunes filles des vallées aragonaises qui viennent travailler dans les fabriques d’espadrilles de l’automne au printemps.

Traditionnellement, l’espadrille était de couleur écrue ou noire (pâle pour le dimanche et plus foncée pour la semaine), et chaque région possède également sa forme spécifique. Ainsi, celles de l’Emporda sont blanches et ornées de cinq rangées de ruban sur le dessus du pied. Quant au célèbre modèle de toile blanche unie, il chausse les pieds des danseurs de Sardanes (danse traditionnelle catalane).

 

Vers 1950, l’évolution de la mode oblige les fabricants d’espadrilles à réinventer celle-ci, avec un design plus sophistiqué et adapté à la mode du moment. C’est ainsi que vers 1960, le designer le plus important de l’époque, Yves St-Laurent, fit une commande spéciale pour les fêtes de Paris. Il demanda une espadrille avec un talon, ce qui ne s’était jamais vu auparavant. Et voilà, la mode était lancée ! Aujourd’hui, presque toutes les femmes des régions du Sud ont une paire d’espadrilles à talons, avec des rubans qui se nouent sur la cheville.

Vers 1980, commence la concurrence asiatique… Mais heureusement, il y a encore quelques ateliers qui ont résisté. Aujourd’hui, les espadrilles sont encore très populaires en France et en Espagne, surtout en été. Les gens l’ont adoptée notamment à cause de sa semelle entièrement naturelle, qui moule le contour du pied et qui laisse respirer la peau, mais aussi pour sa simplicité qui permet de l’agencer à tous les types de vêtements. Si elle existe depuis 4000 ans, l’espadrille n’est donc pas prête de se démoder !!

 

http://www.espadrillestore.com