LES ABUS SEXUELS A L’EGARD DES ENFANTS :

LES ABUS SEXUELS A L’EGARD DES ENFANTS :

  Comment leur en parler

 

L’ABUS SEXUEL

L’abus sexuel est un acte qui peut prendre différentes formes, allant de l’exhibitionnisme ou des caresses, jusqu’au viol ou à l’inceste. La pornographie et la prostitution en sont des formes commercialisées. Le viol, l’inceste, les attentats à la pudeur sont interdits par la loi (articles 331 et 333 du Code pénal). La peine est aggravée lorsqu’il s’agit d’un enfant (mineur de moins de 15 ans) ou lorsque l’agresseur est un ascendant ou une personne ayant autorité sur l’enfant. Elle peut aller jusqu’à vingt ans de prison.
Nul n’est censé ignorer la loi.

L’enfant ne peut imaginer ce qu’est un abus sexuel… et ce n’est pas facile d’aborder ce sujet avec lui

  • Pourtant, il faut lui en parler pour l’aider à se protéger, sans lui donner le sentiment que tout le monde est dangereux.
  • Cette brochure est faite pour vous informer. Vous trouverez, au centre, un jeu-test pour votre enfant: détachez-le (ouvrir et refermer l’agrafe) et lisez-le avant de le lui donner pour en discuter avec lui.
  • L’abus sexuel est un acte par lequel un adulte ou un plus grand oblige, pour son propre plaisir, un enfant à une activité sexuelle qui n’est pas de son âge : c’est un abus de pouvoir.
  • CE QU’IL FAUT RETENIR
    • Il n’est pas facile de parler des abus sexuels aux enfants
    • L’enfant ne s’exprime pas comme un adulte et, pour lui non plus, ce n’est pas facile d’en parler.
    • L’abus sexuel existe… Il est interdit. La loi protège les enfants et punit les agresseurs.
LA CONNAISSANCE DES RISQUES
  • 1 fille sur 25 et 1 garçon sur 33 déclarent avoir subi un viol ou un inceste.
  • 1 agresseur sur 4 est un membre de la famille.
  • 1 agresseur sur 2 est un ami ou une connaissance de la famille.
  • 8 fois sur 10, l’enfant est victime d’abus sexuels répétés.
  • Un grand nombre de jeunes qui se prostituent ou se suicident ont été victimes d’inceste.
Comme pour les accidents de la route, il faut connaître les risques des abus sexuels pour mieux les éviter.
  • Tout enfant, garçon ou fille, dans tout milieu social, peut être victime d’abus sexuel, même très jeune.
  • La personne qui agresse peut être un inconnu ou quelqu’un que l’enfant connaît bien et dont il ne se méfie pas (voisin, ami, parent). Ce n’est pas toujours un acte physiquement violent : les promesses ou les menaces sont utilisées, le secret est souvent exigé.
  • C’est un acte qui amène chez l’enfant des troubles psychologiques. Ceux-ci apparaissent sur le moment ou à l’adolescence et même à l’âge adulte, s’il n’a pu en parler à personne
  • LE RÔLE DE LA FAMILLE
  • CE QU’IL FAUT RETENIR
    • Cela peut arriver à n’importe quel enfant.
    • Cela peut venir d’une personne connue de l’enfant.
    • C’est un acte grave.
    • Les enfants sont nombreux à ignorer l’interdit de l’inceste : de plus, ils croient que leurs amis, leurs parents et leurs maîtres ont tous les droits sur leur corps, voire sur leur sexe.Lorsque l’interdit de l’inceste est signifié à l’âge où le petit enfant désire l’un de ses parents, il doit être clair que cet interdit concerne l’enfant mais aussi les parents à son égard.
Profitez de ce genre de phrase pour parler de sexualité avec votre enfant et lui donner des repères et des limites.
  • L’éducation sexuelle d’un enfant se fait naturellement dans la famille, à l’occasion des événements de la vie quotidienne : apprenez-lui ainsi qu’il ne doit pas désirer ses parents, comme ses parents ne doivent pas le désirer.
  • Son corps l’intéresse, dites-lui :
    –   comment son corps fonctionne,
    –   que son corps lui appartient et qu’il peut
    dire non,
    –   qu’il a droit au respect et à la protection
    des adultes.
  • C’est le rôle des parents d’aider l’enfant à comprendre de qui il est le fils ou la fille, le petit-fils ou la petite-fille, à savoir qui il est.
    • C’est dans ce lieu d’échange et de tendresse qu’il développera sa capacité d’aimer et d’être plus tard un  » papa  » ou une  » maman .
    • CE QU’IL FAUT RETENIR
      • L’enfant est un enfant : ce n’est pas un adulte miniature.
      • L’enfant est une personne : respectez son âge et sa pudeur
      • Documentez-vous sur l’éveil de la sexualité chez l’enfant
      • LES MOYENS DE SE PROTEGER
      • Parents, grands-parents, aînés accompagnent les enfants dans l’apprentissage de la vie. Ils transmettent leur propre expérience pour que les enfants affrontent mieux les risques de la vie et soient  » bien dans leur peau « . Ils leur apprennent les règles d’une bonne conduite en société, selon un code valable pour tous : la loi, la morale, la politesse… Ils doivent aussi leur donner confiance en eux, leur apprendre à se tirer d’affaire seuls, en sachant évaluer le danger et trouver l’aide nécessaire.
  • Il ne s’agit pas de surprotéger votre enfant ou d’ignorer les risques qu’il court : donnez-lui des moyens de se protéger.
    • mettre les doigts dans une prise électrique, on peut lui apprendre à éviter une situation dangereuse ou à s’en dégager.
    • Jouez ensemble pour trouver les solutions à des situations inattendues :  » Et si tu perds tes clefs, que fais-tu ? « ,  » Et si tu te perds dans un grand magasin ? « .
    • Profitez des situations qui troublent votre enfant pour l’écouter sans reproches et lui montrer votre confiance.
    • S’il se sait écouté, il osera parler de ce qui le tracasse.
    • Encouragez-le pour qu’il ait confiance en lui : s’il est moins timide avec les adultes, il se défendra mieux
  • CE QU’IL FAUT RETENIR
    • Un enfant bien informé a plus de chances de ne pas être une victime.
    • Apprenez-lui à trouver des solutions, par lui-même, sans paniquer.
    • Ecoutez votre enfant, parlez avec lui.
  • LE DEVELOPPEMENT DES SOLIDARITES
    • L’enfant sait que certains adultes sont incapables de se contrôler, par exemple, quand ils boivent trop ou se mettent en colère. Il peut comprendre que les adultes qui commettent des abus sexuels sont des personnes qui ont des problèmes et qu’ils sont rares. Penser qu’il peut se faire agresser n’est pas facile, mais il aura moins peur s’il sait quoi faire. Les règles de sécurité aident les enfants à être indépendants et sûrs d’eux : ils peuvent alors rester spontanés et affectueux.

Avec votre enfant, faites une liste de personnes à qui il peut se confier s’il se sent en danger : un commerçant, un agent de police, quelqu’un de l’école ou les parents d’un copain…

  • Veillez à ce que votre enfant aille et revienne de l’école avec un ou deux camarades.
  • Pour les plus jeunes, organisez des  » tours d’accompagnement  » avec d’autres parents.
  • Connaissez vos voisins, sentez-vous responsables des copains de votre enfant.
  • Encouragez les activités qui apprennent aux enfants comment s’entraider et s’occuper des plus petits.
  • CE QU’IL FAUT RETENIR
    • La protection des enfants est l’affaire de chacun.
    • Développez de nouvelles solidarités dans votre quartier.
    • Il y a des personnes autour de vous qui peuvent vous aider, dans les écoles, les mairies, les associations…
    • LES VICTIMES D’ABUS SEXUELS
    • Les conséquences de l’abus sexuel seront moins importantes si votre attitude est compréhensive lorsque l’enfant se confie. L’enfant victime éprouve toute une gamme d’émotions : tristesse, colère, angoisse ou dépression. Evitez de projeter vos propres sentiments sur lui, pour ne pas renforcer son traumatisme ou son sentiment de culpabilité. Votre enfant n’est peut-être pas prêt, sur le moment, à vous parler de l’agresseur ou des circonstances de l’agression. Il trouvera son équilibre émotif si vous le soutenez sans le harceler de questions.
    • Quand l’enfant est victime d’abus sexuels, il ne le dit pas toujours avec des mots. Il peut aussi montrer qu’il souffre par son changement de comportement : sachez le regarder !
      • S’il vous en parle, croyez-le et rassurez-le : on sait qu’un enfant ment rarement lorsqu’il se plaint d’un abus sexuel.
      • Vous devez lui affirmer que, dans ce cas, un enfant n’est pas responsable : c’est l’agresseur qui n’est pas  » bien dans sa tête « . Assurez-lui qu’il n’est pas coupable et qu’il est maintenant en sécurité.
      • Dites-lui que c’est interdit par la loi et que vous devez le dire à la police pour que l’agresseur soit retrouvé et que cela n’arrive pas aux autres.
        • Parlez-en à ses frères et sœurs, sans dramatiser, et reprenez tous la vie quotidienne normalement.
        • CE QU’IL FAUT RETENIR
          • Ecoutez-le calmement, ne dramatisez pas.
          • Utilisez les mêmes mots que lui pour en parler.
          • Ne restez pas seul : consultez votre médecin de famille, parlez-en à une personne de confiance.

http://www.fichier-pdf.fr/2010/11/09/les-abus-sexuels-a-l/