Le Trouble de la personnalité multiple

Le Trouble de la personnalité multiple

Le Trouble de la personnalité multiple est un terme qualifiant un trouble psychiatrique apparu en Amérique du Nord dans les années 80.
Les patients atteints présentent des alternances de personnalité (ou d’états de personnalité) différentes, et peuvent passer de l’un à l’autre sans pouvoir le contrôler (par exemple une femme adulte peut subitement parler avec la voix d’une fillette de 5 ans et parler comme telle, puis « devenir » un homme de 50 ans, etc.)
De tels troubles, quoique rares, avaient été décrits depuis des temps anciens, et puis plus particulièrement à la charnière entre le XIXe et les XXe siècles en France à partir des travaux notamment de Janet.     

Ces cas restaient rares, mais dans les années 1980 on a assisté à une véritable explosion de ces troubles, si bien que certains ont parlé d’« épidémie ». Cela s’est accompagné de nombreuses dérives, alors qu’une large partie de la communauté scientifique restait sceptique. Il est frappant de voir qu’après un apogée, ce diagnostic a de nouveau .quasiment disparu

   

Il a d’ailleurs été renommé dans le DSM-IV en Trouble dissociatif de l’identité
Le Trouble dissociatif de l’identité est un trouble mental qui est défini en 94 dans le DSM-IV par un ensemble de critères diagnostiques comme un type particulier de Trouble dissociatif. Un terme de naissance récente

 

Il s’agit d’un nouveau terme, en effet, dans les versions précédentes du DSM ce trouble était dénommé Trouble de la personnalité multiple et désignait la succession de  » personnalités différentes  » chez un même individu.

L’existence du TPM avait alors fait l’objet de débats très vifs et contradictoires : certains avançant qu’il existait une vraie  » épidémie cachée  » de ce trouble, d’autres prétendant qu’il n’existait pas, ou bien alors qu’il s’agissait d’une forme d’hystérie.

Cette nouvelle dénomination Trouble dissociatif de l’identité, et le choix de critères diagnostiques plus restrictifs, mettent l’accent sur l’idée que les différentes personnalités ne constituent pas des entités discrètes et autonomes, mais qu’il s’agit plutôt de la dissociation d’une même personnalité, d’une même identité.

 

 


Les critères diagnostiques actuels du DSM-IV.

A. Présence de deux ou plusieurs identités ou  » états de personnalité  » distincts, chacun ayant ses modalités constantes et particulières de perception, de pensée et de relation concernant l’environnement et soi-même.

B. Au moins deux de ces identités ou  » états de personnalité  » prennent tour à tour le contrôle du comportement du sujet.

C. Incapacité à évoquer des souvenirs personnels importants, trop marquée pour s’expliquer par une simple  » mauvaise mémoire « .

D. La perturbation n’est pas due aux effets physiologiques directs d’une substance ou d’une affection médicale générale.

Prise en charge urgente des patients souffrant de troubles dissociatifs Le trajet de la prise en charge des patients présentant un trouble dissociatif aigu nécessitant une prise en charge urgente et schématisée.

Dans le contexte de l’urgence, il s’agit avant tout de «réveiller» les patients, d’évaluer les risques de passages à l’acte auto ou hétéroagressifs et de diminuer les symptômes dissociatifs aigus en favorisant une réafférentation spatio-temporelle.

Le recours à une hospitalisation provisoire aux urgences est préférable à une hospitalisation psychiatrique, qui devrait être envisagée uniquement en présence de certaines Comorbidité (troubles dépressifs avec des symptômes psychotiques et/ou des idées suicidaires envahissantes, anorexie grave, Comorbidité somatiques) et en cas d’absence d’alliance thérapeutique.

Si une désorientation spatio-temporelle est présente, il convient d’envisager un diagnostic différentiel somatique avec un examen clinique attentif et au minimum une glycémie capillaire. Après la disparition des symptômes aigus, la psychothérapie ambulatoire reste le traitement de choix des troubles dissociatifs.
SOURCE GOOGLE .wikipedia.