LE STADE DU MIROIR PAR PLUSIEURS PSYCHANALYSTES N°1

Le stade du miroir est un terme utilisé par plusieurs psychologues et psychanalystes. Le premier a été Henri Wallon, suivi de René Zazzo, Jacques Lacan, D.W. Winnicott, Françoise Dolto et d’autres. Ces trois derniers auteurs introduisent ce stade dans la théorie psychanalytique.

     

Henri Wallon, créateur de ce terme, a été le premier psychologue à relever l’importance du miroir dans la construction psychologique de l’enfant, qu’il développa dans son livre Les origines du caractère chez l’enfant.

                           

Pour lui, l’enfant se sert de l’image extériorisée du miroir, afin d’unifier son corps. Ce processus se déroule lors du stade émotionnel de Wallon (6 à 12 mois). Cet auteur a également décrit le comportement de l’enfant face à l’image reflétée, de lui-même et de son entourage proche, notamment celle de sa mère.Le stade du miroir chez Henri Wallon

René Zazzo mettra en évidence les quatre grandes étapes de cette description :

  • Reconnaissance de l’image de l’autre ;

  • L’enfant prend son image pour un autre enfant : « C’est ainsi que, dans sa 61e semaine, [l’enfant] touche, frappe, lèche son image dans le miroir, joue avec elle comme avec un comparse »1 ;

  • Malaise devant son reflet : L’enfant «  s’en détourne [du miroir] obstinément. Même jeu la semaine suivante avec une photographie sous verre, dont le petit format rend bien improbable qu’il ait pu la confondre réellement avec l’image spéculaire »1 ;

  • Identification de l’enfant à sa propre image.

Le stade du miroir pour Jacques Lacan

Le Moi est sous-tendu entre deux signifiants, et le Je est l’ensemble des Moi

Le parallèle, sur ce point, entre Jacques Lacan et Henri Wallon est si étroit, que certains auteurs vont jusqu’à dire que Lacan était « freudo-walloniste ». Ce constat est sûrement un peu excessif étant donné que Lacan est loin de la conception généticienne du psychisme de Wallon, mais il a le mérite d’être parlant, et de montrer à quel point Lacan s’est appuyé sur les observations de Wallon.

Le terme « stade du miroir » a été réutilisé par Jacques Lacan à Marienbad en 1936 lors du congrès psychanalytique international de l’API . Bien que son intervention n’ait pas duré plus de 10 minutes (le président du congrès, Ernest Jones, lui a coupé la parole pour des raisons de timing), elle a tout de même été publiée dans :

« Le stade du miroir. Théorie d’un moment structurant et génétique de la constitution de la réalité, conçu en relation avec l’expérience et la doctrine psychanalytique, Communication au 14e Congrès psychanalytique international,Marienbad, International Journal of Psychoanalysis, 1937. »

Il l’a reprise une première fois dans son article Le complexe, facteur concret de la psychologie familiale paru en 1938, à la demande d’Henri Wallon dans l’Encyclopédie Française, et plus précisément dans le volume VIII intitulé La Vie Mentale, puis dans une communication faite au XVIe Congrès international de psychanalyse, à Zurich, le 17 juillet 1949 : Le stade du miroir comme formateur de la fonction du Je telle qu’elle nous est révélée dans l’expérience psychanalytique.