Le psychodrame analytique de groupe

Le psychodrame analytique de groupe

Si la cure psychanalytique agit au travers de la libération de la parole et de l’analyse des rêves, le psychodrame s’appuie sur l’action dramaturge.

Psychodrame en groupe ou de groupe ?

Le psychodrame en groupe se distingue du psychodrame individuel dans la mesure où plusieurs patients sont présents à côté des thérapeutes acteurs et du thérapeute meneur. Chaque patient propose successivement une scène et attribue les rôles selon ses souhaits. La pratique reste toutefois individuelle puisque les phénomènes psychiques induits et produits par le groupe ne sont pas analysés. Il s’agit donc d’un psychodrame individuel en groupe.

A l’inverse, le psychodrame de groupe propose un cadre dans lequel les constructions psychiques propres à la situation groupale sont exploitées et étudiées au travers de mouvements circulaires entre les psychismes individuels et groupal.

La dynamique de groupe

Les objectifs thérapeutiques dépendent entièrement de la dynamique de groupe, elle-même reposant sur les savoirs faire du meneur. Le groupe doit ainsi rester mobile et créatif dans le choix des scènes comme dans la distribution des rôles, la cohésion doit être renforcée et l’idéal groupal malléable.

La présence des membres du groupe permet aux participants de rejouer des scènes passées, de raviver des ressentis dans le présent tout en jouant avec l’aspect fictif de la scène jouée. Cette dynamique permet donc d’aborder les problématiques de la présence et de l’absence, de mettre en œuvre les mécanismes projectifs et de travailler sur les frustrations du retour à la réalité.

Enfin, la fonction du thérapeute meneur lui permet d’occuper un rôle de tiers qui rappelle la configuration œdipienne et permet ainsi de rejouer ses enjeux.

Indications

Le psychodrame, au travers de la mise en scène théâtrale, offre un espace de représentation imagée des processus psychiques (appelée mouvement de régression formelle). Les figures peintes (processus de figuration) lors des séances peuvent ainsi permettre au patient d’accéder à des régressions tempérées et de les réinvestir par d’autres représentations.

En cas de carence narcissique, le psychodrame de groupe s’avère également profitable : les acteurs jouant les différents aspects de la vie psychique du patient, le Moi défaillant du patient se trouve rapidement renforcer par les rôles joués. Par ailleurs, les thérapeutes inclus dans le groupe ne révèlent  rien de leur propre identité et peuvent ainsi avoir une action de soutien et d’étayage du Moi du patient.

Enfin, la mise en scène des affects au travers de la dramatisation du psychodrame permet l’expression des pulsions libidinales excessives tout en offrant d’emblée un moyen de distanciation et donc de pare-excitation. Il est donc indiqué dans les cas de ressentis violents émanant d’une pulsion destructrice.

La rédaction: Psychologie.fr