LA VIE A L ECOLE MONTESSORI A PARTIR DE 3 MOIS

Les classes

–  De la naissance à trois ans

BB miroir

« C’est l’homme qui doit devenir le centre de l’éducation, et il faut garder présent à l’esprit que ce n’est pas à l’université qu’il se développe, mais qu’il commence son développement mental dès sa naissance, et qu’il l’effectue avec le maximum d’intensité pendant les trois premières années de sa vie ; à cette période plus qu’à aucune autre, il lui faut des soins vigilants. » Maria Montessori

L’enfant qui nous semble si démuni à la naissance est néanmoins « le constructeur de l’Homme ». La tâche du nouveau-né est de fonder en lui ce qui fera de lui un être humain à part entière : un être de relation ayant développé la marche, la capacité d’utiliser sa main en lien avec la pensée, le langage, la conscience. Le petit enfant a un élan vital qui le pousse à entrer en relation avec son environnement humain et matériel, quel qu’il soit. Il déploiera d’autant plus sa force constructrice que l’environnement répondra le plus adéquatement possible à ses besoins d’attention, d’ordre, d’activité.

De la naissance à la marche assurée

Le besoin d’attention : pour se développer, le petit enfant a besoin d’être porté par un regard qui l’accepte et qui cherche à comprendre ce qu’il manifeste à travers ses babils, ses pleurs, ses rires, toute son activité.

Le besoin d’ordre : l’instauration d’une régularité dans la façon de porter l’enfant physiquement et psychiquement, de routines du quotidien est essentielle pour lui permettre de développer un sentiment de sécurité.

Le besoin d’activité : dès la naissance l’enfant a besoin de pouvoir observer son environnement et de s’y mouvoir librement.

De 15-18 mois à 3 ans

EMMI.91

Le besoin d’attention : l’attention permet à l’enfant de prendre confiance en lui et d’aller au bout de ce qu’il entreprend. Il s’agit de le soutenir et non de faire à sa place…

Le besoin d’ordre : la cohérence et la stabilité de l’environnement permettent à l’enfant de développer son activité autonome.

Le besoin d’activité : l’activité permet d’éprouver sa force, sa persévérance et de faire de grands efforts (marcher, grimper ; déplacer des objets volumineux, etc.). Il veut aussi être dans la vie et retire satisfaction, joie, fierté lorsque l’adulte lui permet de collaborer aux tâches de la vie quotidienne.

De trois à six ans : La Maison des Enfants

EMMI.91

« (…) il se fait homme au moyen de ses mains, au moyen de son expérience ; d’abord grâce au jeu puis grâce au travail. Les mains sont l’instrument de l’intelligence humaine. (…) Il entre dans la vie et commence son travail mystérieux ; peu à peu, il assume la personnalité merveilleuse adaptée à son temps et son milieu. Il édifie son esprit, jusqu’à ce que, pouce à pouce, il arrive à construire la mémoire, la faculté de comprendre, la faculté de raisonner. » Maria Montessori – L’esprit absorbant

L’enfant de trois ans arrivant à la Maison des Enfants, se présente en tant qu’individu différencié de ceux qui l’entourent et peut s’affirmer en tant que « Moi, je ». Il va désormais construire en lui ce que sera sa capacité à vivre en tant qu’être social, membre d’un groupe.

Maria Montessori qualifie l’enfant de six ans de « nouveau-né social ». Le développement social est bien sûr soutenu par le mélange des âges qu’offre la Maison des Enfants et qui permet d’expérimenter la diversité, les nuances, la richesse des relations humaines.

Néanmoins, le développement social à la Maison des Enfants passe encore par l’activité individuelle. L’enfant doit encore se conforter en tant qu’individu, développer confiance en soi, estime de soi et autonomie pour un jour mettre toutes ces forces intérieures au service du groupe. Le moyen d’y parvenir est l’activité qui a un but défini que l’enfant peut répéter et qui, ainsi, lui permet de trouver le chemin de la concentration, voie de la construction intérieure.

L’enfant évolue donc dans un environnement préparé, structuré de façon claire et dans lequel il trouvera des motifs d’activité qui lui permettront de raffiner à son rythme :

-son mouvement, ses perceptions sensorielles, son langage, son adaptation à la culture, sa capacité à évoluer dans un groupe. Toutes ces dimensions servent alors la construction de l’intelligence et l’émergence d’une conscience de plus en plus nette de qui il est, de ce qu’il connaît, de ce qu’il peut faire, de son rapport au monde.

Cette évolution se déploie sur trois ans et chaque jour l’enfant dispose de longues plages horaires pour progressivement pouvoir choisir ses activités, les investir, les mener à bien, notamment grâce au développement de sa volonté.

L’enfant de 6/12 ans

EMMI.91

L’enfant devient membre d’une petite société. Il a un grand sens de la justice et construit sa conscience morale. Il cherche à développer ses compétences sociales et veut exercer son propre jugement moral.

Il possède un grand pouvoir d’abstraction et de raisonnement ; il recherche les relations entre les causes et les effets. Il s’intéresse à tout et veut tout comprendre. Ce n’est plus l’esprit absorbant qui domine, mais l’esprit explorateur. Ses intérêts n’ont pas de limites et le conduisent dans tous les domaines de la culture.

Objectifs de la classe élémentaire

Cette période marque l’âge de la période sensible de l’imagination. L’important ce n’est plus ce que l’enfant peut percevoir par les sens, mais ce qui va au-delà de cette possibilité et qui ne peut être saisi que par l’imagination.

L’univers de l’enfant doit dépasser le cadre de la classe.

Ses tendances l’amènent plutôt à des activités de groupe.

C’est une période où l’enfant peut acquérir de solides connaissances dans toutes les disciplines.

La mission de la classe élémentaire c’est de guider l’enfant vers l’ « auto éducation » à travers la découverte du monde ce que Maria Montessori appelle «  l’éducation cosmique »

Préparation de l’ambiance

La préparation de l’ambiance pour les enfants de 6/12 ans doit s’attacher à respecter :

  • le besoin de l’enfant de s’échapper d’un environnement restreint
  • le passage à l’abstraction et le plaisir de raisonner
  • la naissance du sens moral
  • le développement social
  • l’acquisition de la culture

Les 12-18 ans

ramassage des pommes de terres 7

« L’adolescence se caractérise par un état d’expectative, par une préférence pour les travaux de création, par un besoin de fortifier la confiance en soi. »  Maria Montessori

À cette étape, le jeune traverse une période créatrice de l’individu. C’est le grand tumulte de la puberté avec son cortège de transformations physique et psychique.

L’adolescent n’est plus vraiment disponible pour les études. C’est l’âge des doutes et des hésitations, des émotions violentes et du découragement. Il revendique son autonomie, il souhaite vivre avec d’autres jeunes à la recherche de son identité sociale. Il veut sortir de l’enfance et entrer dans le monde des adultes. Il veut comprendre le fonctionnement de la société pour construire sa place.

La mission du collège est de répondre aux besoins fondamentaux des adolescents. Le rôle de l’adulte est d’être un guide et un appui pour :

  • Aider l’adolescent à exercer sa vie sociale
  •  L’aider à comprendre comment la société fonctionne
  •  Le soutenir dans le développement de son indépendance à tous les niveaux (travail dans la nature, cuisine, fabrication d’une production qu’ils peuvent vendre pour financer leurs projets)
  •  L’aider à la construction de son identité, de sa personnalité en développant toutes ses potentialités intellectuelles et créatives et son sens des responsabilités et de son autonomie
  • http://montessori-france.asso.fr/