La surdité de l’enfant -Les facteurs de risque

logocoquelicot 

 

Les facteurs de risque . . .

Certaines circonstances imposent que les procédures de dépistage soient mises en œuvre le plus rapidement possible car une surdité doit être recherchée de parti pris :

Dès la naissance, le nouveau-né peut présenter des facteurs de risques :

  • antécédents familiaux d’hypoacousie ;
  • infection fœtale (rubéole, toxoplasmose, CMV) ;
  • malformation congénitale touchant la tête et/ou le cou ;
  • poids de naissance inférieur à 2 kg ;
  • prématurité ;
  • détresse respiratoire ayant nécessité une ventilation prolongée ou de fortes concentrations d’oxygène ;
  • hyper bilirubiménie ayant nécessité une exsanguino-transfusion ;
  • troubles neurologiques centraux ;
  • infection intra-utérine ou néonatale ;
  • traitement néonatal par drogues ototoxiques.

Au-delà, l’enfant est considéré comme normo-entendant mais une affection intercurrente impose que soit recherchée une surdité séquellaire :

  • méningite bactérienne (10 à 20 % des enfants guérissant d’une méningite présentent une hypoacousie) ;
  • oreillons ;
  • drogues ototoxiques (antibiotiques de la famille des aminosides) ;
  • otite chronique ;
  • hypothyroïdie ;
  • apparition d’une infirmité motrice-cérébrale ;
  • traumatisme crânien.
  • <<<<<<<<<<<<coquelicot.asso.f