LA PROSTITUTION

L’être humain à toujours cherché les choses interdites, les choses occultes, les plaisirs de la chaire, le plus dangereux encore, égal à faire le saut mortel du cirque.

Parfois on essaye d’y mettre des barrières, la ou on ne peut pas, malgré toutes les interdictions et toutes les poursuites, il y aura toujours une cause qui justifiera le besoin de chercher le plaisir extrême pour soulager les besoins carnèles.


Mais en vrai où sont les causes des autres qui jugent et qui maudissent à ceux qui font leur choix de vie d’un côté et à ceux qui font leurs choix pour satisfaire leurs besoins animales, qui en fait est celui de tout être humain.
Où sont les causes qui mènent à des jeunes femmes à vendre ses services ? Où sont les causes qui mènent des milliers d’hommes à acheter leurs services ? La liste serait longue est très fatigante sa lecture, chacun d’eux peut en faire un long exposé et argumenter un million de raison, sûrement très valable pour chacun d’eux.


Vendre son corps n’est pas une chose facile, se donner à quelqu’un en corps que non en âme, n’est pas une tâche simple, surtout que cela se répète au long d’une journée et d’une nuit sans repos, il faut avoir du courage, du sang froid, car parfois la vie leurs va dans ses escarmouches plaisantes.

Le matin avec le corps meurtri par les chercheurs des milles plaisirs, elles se retirent essoufflés pleine de douleurs du corps et de l’âme, elles rentrent chez elles, parfois un tout petit coin chez leur maître, celui qui dit qui les protègent, celui qui dit qui les sauvegardent, mais surtout celui qui compte les gains de leurs nuits de travaillent épuisants.

Elles se retrouvent seules sans famille sans amis, elles et leurs pensées, ailleurs, sûrement elles pensent à cet enfant que quelqu’un lui gardent et qu’elles veulent les éloignées d’elles par honte, par nécessité, cela ne veut pas dire qu’elles ne les aiment pas, au contraire cela accentues encore plus son engagement avec leur travail.

Qui dit que se sont des femmes de « « JOIE » », on voit plus tôt des femmes de tristesse, de douleur, des femmes du désespoir.
Rien à dire ni rien à justifier, le métier le plus vieux du monde, est sans doute le plus triste du monde
En souvenir d’une prostitue de 70 ans qui faisait encore son métier malgré son âge, va pour toi Carmen.