LA POLITESSE, QUELLE EN EST L’UTILITÉ ?

ORIGINES ET COUTUMES

L’homme civilisé apprend à contrôler ses instincts primitifs et se distinct de l’animal qui réagit par pur instinct. La politesse est une attitude propre à l’homme et se définit par des codes de conduite.

La courtoisie fut certainement un pas important dans le processus de civilisation et à l’origine de la politesse. La courtoisie apparaît au Moyen Age, au moment où les gens « de la cour » désirent se distinguer de ceux du village. La vie sociale à l’intérieur de la cour, où cohabitent chevaliers, dames de la cour etc., s’organise alors autour des valeurs de la noblesse (grandeur des qualités morales et humaines, dignité, distinction…) qui se traduisent par le langage et le comportement « courtois ».

Les expressions « Noblesse oblige » ou « Noblesse d’âme » ou « d’esprit », signifient le désir d’agir par honneur, plutôt que par intérêt.

Plus tard « les bonnes manières » et la politesse sont devenues les signes d’une bonne éducation et également de l’appartenance à une classe sociale élevée, la haute bourgeoisie.

Aujourd’hui la politesse est devenue une valeur généralisée.

Selon les valeurs démocratiques, on est tous égaux et on doit respecter l’autre tel qu’il est. Le respect et la reconnaissance de l’autre se manifestent entre autre par le biais des rapports de politesse qu’on entretient.

Dans une société civilisée, basée sur le respect et sur des valeurs morales, on ne peut vivre ni selon « la loi du plus fort », ni selon « le chacun pour soi ». Pour éviter le chaos, la violence etc., la vie en communauté suppose que chacun respecte certains codes et règles, dont la politesse. Cette dernière facilite et rend le quotidien plus agréable. Elle définit une forme de communication et de comportement à adopter.

Les usages de la politesse se sont formés le long des siècles et ne cessent d’évoluer. Ils sont différents selon les époques et les cultures.

La politesse est une forme de communication fixe établie selon les moeurs et les circonstances. Les formules de politesse « standard » sont à la base de toute relation respectueuse et harmonieuse et définissent notre rapport au monde. Elles deviennent des habitudes, des moeurs à respecter. Elles rapprochent les personnes parce qu’elles établissent une première forme de communication. Ce sont des signes de reconnaissance, de respect et de sympathie envers l’autre.

Finalement elles nous guident et nous aident à être à l’aise face à des situations quotidiennes, habituelles ou non. La politesse est une force. C’est une forme de communication qui établit dès le départ un climat positif et qui évite à régler des problèmes dans la dispute, voire dans l’insulte. En général, les autres nous renvoient l’attention et le respect qu’on leur a donné.

Même si l’on apprend dès l’âge de l’enfance les formes de politesse, c’est avec le temps qu’on apprend à les appliquer de mieux en mieux. En devenant adulte, on sera de plus en plus à l’aise dans leur usage.

EN PUBLIC

Dans les lieux publics, certaines personnes pensent agir anonymement et omettent de respecter les règles essentielles de propreté, d’ordre et de courtoisie. Pour éviter les conflits et pour rendre la vie en public aussi agréable que possible, il y a certaines règles à connaître.

Dans les transports publics

  • On laisse d’abord sortir les gens d’un bus ou d’un train, avant d’y entrer.
  • Il faut faire la file sans bousculer. Les autres attendent comme vous.
  • Il convient d’aider les personnes avec une poussette à la monter ou descendre.
  • Une fois entré, on ne s’arrête pas à la porte, mais on va plus vers l’arrière pour laisser le passage libre.
  • On ne s’asseoit pas sur le premier siège derrière le chauffeur de bus, il est généralement réservé à des personnes à mobilité réduite.
  • Il est utile d’enlever son sac trop encombrant pour ne pas déranger les autres passagers et de céder la place aux personnes âgées, handicapées ou aux mères avec des enfants.
  • La musique qu’on écoute ne doit pas être trop forte, elle pourrait déranger les autres passagers. Les conversations au téléphone mobile ne se font pas à voix haute. Cela ne concerne pas tout le monde! Il est donc préférable d’éteindre le portable.

Au cinéma, au théâtre, à la salle de concert ou à d’autres évènements culturels

  • Il convient d’arriver à l’heure, afin de ne pas rater le début, de ne pas déranger les autres spectateurs déjà assis ainsi que par respect pour les artistes du spectacle.
  • Le téléphone mobile doit rester éteint et il ne convient pas de consommer pendant la représentation.
  • Au cinéma on ne fait pas de bruit si l’on déballe et mange quelque chose pendant la séance.
  • On ne fait pas de commentaires pendant le spectacle, car cela dérange les autres spectateurs, voire les artistes en train de jouer sur scène.
  • C’est à la fin d’un spectacle qu’on applaudit les artistes (jamais entre les symphonies musicales dans un concert).
  • LES 15 RÈGLES DE CONDUITE À TABLE

    • Ne pas s’asseoir et ne pas manger avant l’arrivée des hôtes.
    • Il faut bien rapprocher la chaise de la table et se tenir bien droit. Les mains se trouvent à côté de l’assiette (on n’appuie que l’avant-bras, jamais les coudes à table!).
    • On prend la serviette sur les genoux dès qu’on est assis à table.
    • Le service est fait du côté gauche, sauf pour les boissons qui sont servies du côté droit.
    • On souhaite un bon appétit aux autres avant de commencer à consommer.
    • Les couteaux et cuillères à soupe se trouvent toujours à droite de l’assiette. Les fourchettes se trouvent toujours à gauche.
    • Les couverts les plus éloignés de l’assiette sont à utiliser en premier. Au fil des plats successifs, on s’approche du bord de l’assiette. Les couverts extérieurs sont destinés à l’entrée et les couverts intérieurs pour le plat principal. Pour le dessert, on utilise les couverts posés en haut de l’assiette.
    • Les verres sont posés en haut à droite de l’assiette et sont alignés de la gauche vers la droite dans l’ordre suivant: eau (le plus grand verre), vin rouge (verre moyen), vin blanc (verre plus petit).
    • L’assiette avec le petit-pain est placée à gauche de l’assiette (et non à droite!). On ne coupe pas le pain au couteau, mais on le brise à la main.
    • Il convient de manger la bouche fermée et de ne pas parler la bouche pleine.
    • On ne souffle pas sur la soupe pour la faire refroidir. Pendant le repas la cuillère ne se met pas entièrement en bouche.
    • Quand le repas est terminé, on pose parallèlement les couverts pointés vers la gauche et en biais sur l’assiette.
    • La serviette se dépose à gauche de l’assiette.
    • L’assiette vide est enlevée du côté droit.
    • Les asperges, artichauts, moules, scampis non décortiqués   peuvent être mangés avec les mains.
    belle présentation de table  

    SE SALUER PAR VOIE ORALE ET PAR LE GESTE

    Il s’agit d’un échange de paroles entre deux ou plusieurs personnes qui se rencontrent. Selon leur âge, les plus jeunes saluent en premier leurs aînés. Selon l’ordre hiérarchique, un inférieur salue en premier un supérieur (p.ex. l’élève son prof).

    • Bonjour
      On dit « bonjour monsieur » respectivement « bonjour madame », pour signaler qu’on a vu et reconnu la personne qu’on respecte et qu’on lui souhaite une bonne journée (bon jour).
    • Ciao ou Salut
      Plus informel pour saluer des copains, des gens qu’on connaît mieux. « Ciao » vient de l’italien du mot « schiavo », qui signifie « esclave ». A l’origine cela voulait dire « à votre service ».
    • Hallo
      Utilisé à l’origine qu’au téléphone, ce mot vient probablement de l’hongrois « hallom », ce qui veut dire « j’écoute ». En France, à l’époque où les systèmes de canalisation n’existaient pas encore, on criait « à l’eau! » avant de vider son pot de nuit par la fenêtre. On ignore donc l’origine exacte de ce mot.
    • Moien
      Vient de « guten Morgen! » en allemand.
    • Au revoir
      Signifie qu’on se revoit probablement bientôt.
    • Adieu
      (à dieu) Signifie qu’on ne se revoit probablement plus.
    • Äddi
      En luxembourgeois on utilise « äddi ». Ce mot vient probablement d’ « adieu » ou de « b’hüet di » forme abrégée de l’allemand « Gott behüte dich ».
      Par ailleurs : On peut ajouter « ça va, vous allez bien? » (respectivement: tu vas bien?). On dit « enchanté », si l’on rencontre une personne pour la première fois.

    SE SALUER PAR LE GESTE

    On peut également renforcer l’expression orale en se serrant la main (obligatoirement la droite dont on enlève le gant en hiver). Par respect de la personne rencontrée on salue et on enlève les mains de la poche. Quand on entre quelque part on enlève le chapeau, la casquette.

    QUAND SE TUTOIER?

    Le problème ne se pose pas dans les pays anglophones où l’on n’utilise que le « you ».

    Au Luxembourg, comme en France et en Allemagne, il existe une formule de politesse qui fait qu’on utilise soit le « tu » ou le « vous » pour la deuxième personne au singulier.

    Il faut savoir laquelle choisir en fonction de la personne qui se trouve en face.

    • Selon l’âge

      Il est poli de vouvoyer une personne qui est plus âgée

    • Selon l’ordre hiérarchique

      On vouvoie un supérieur hiérarchique (à l’école, au travail par exemple),

    • Selon le degré de familiarité

      On vouvoie les personnes qu’on rencontre pour la première fois.

    • On peut se tutoyer, si l’on se connaît depuis longtemps ou si l’on est proche (la famille par exemple).

     

    Les adolescents et les enfants se tutoient entre eux. Les membres d’une famille aussi.

    Par politesse il y a des distances à prendre pour ne pas être trop familier dès le départ et pour ne pas bousculer l’autre en le tutoyant. Ce n’est pas toujours évident de savoir trancher si l’on peut se tutoyer ou non. Lorsqu’on se tutoie, il est impossible de revenir en arrière. Il faut que les deux personnes se sentent à l’aise de passer au « tu ».

    Si la personne face à laquelle on se trouve est plus âgée ou hiérarchiquement supérieure, il est possible qu’elle emploie le « tu ». Il vaut mieux attendre qu’elle propose qu’on la tutoie à son tour.

    AUTRES MOTS DE POLITESSE USUELS

    Merci

    Quand on reçoit quelque chose, si l’autre rend service ou si l’autre demande par exemple si l’on va bien. « Merci, je vais bien. Et toi (vous)? ».

    Pardon

    pour s’excuser.

    Bon appétit!

    quand quelqu’un mange.

    S’il vous plaît

    respectivement « s’il te plaît » quand on demande quelque chose à quelqu’un ou si l’on donne quelque chose à quelqu’un.

    SAVIEZ-VOUS…

    …qu’une personne sur 10 est handicapée dans le monde?
    …qu’un handicap peut être d’ordre physique, mental, intellectuel ou sensoriel?

    L’exclusion sociale au quotidien peut se montrer à plusieurs niveaux : A l’école ou dans la vie privée, envers des personnes handicapées mais également vis-à-vis d’étrangers ou de personnes ayant un autre mode de vie, une autre façon pour s’habiller, une autre culture, etc.

    Il faut respecter les gens pour leurs valeurs intérieures et non pour leur apparence physique. Il ne faut pas avoir de préjugés et être ouvert aux autres, accepter leur différence et respecter leur façon d’être. Une personne marginalisée est privée des opportunités dont bénéficient les autres.

    http://www.poliantessi.lu/bm-engeneral4.html