LA PÉDAGOGIE MONTESSORI POUR LES ENFANTS ET ADULTES, AUX BESOINS SPÉCIFIQUES

1150333300.2

 

Madame Montessori dit dans son livre sur sa vie:

« « A l’époque où j’étais encore docteur-assistant à la clinique psychiatrique de l’université de Rome, j’eus l’occasion de fréquenter une « maison de fous », pour l’étude des maladies à choisir en vue de la clinique didactique et, de cette manière, je m’intéressai aux enfants idiots de cette maison de santé. Ce fut ainsi qu’en m’intéressant aux idiots, j’en vins à connaître la méthode spéciale d’éducation imaginée pour ces malheureux enfants par Edouard Séguin et à pénétrer l’idée naissant alors, même parmi les médecins praticiens, de l’efficacité de « cures pédagogiques » pour différentes formes morbides comme la surdité, la paralysie, l’idiotie, le rachitisme…

L’union de la pédagogie à la médecine dans la thérapeutique était assurément une des plus belles conquêtes pratiques de notre temps. Et simultanément se développait la kinésithérapie qui faisait une ingénieuse application de la gymnastique à la guérison des maladies. Tout d’abord, à la différence de mes collègues, j’eus l’intuition que la question des « insuffisants » (minus habentes) était beaucoup plus pédagogique que médicale.

Mon maître, Guido Bacelli (1832-1916) ministre de l’instruction publique, me chargea de faire une série de conférences sur l’éducation des enfants faibles d’esprit aux instituteurs de Rome. Ce cours fut transformé plus tard en école normale d’ortho-phrénique, dont la spécialité originale était de « diriger » les facultés intellectuelles et resta sous ma direction pendant deux ans encore. J’avais amené à cette école une classe externe à heures de présence prolongées, où j’avais réuni des enfants jugés in-élevables dans les écoles élémentaires pour insuffisance mentale ensuite, par les soins d’une société, fut fondé un institut  pédagogique où sans compter les enfants externes, furent admis tous les enfants idiots de la maison de fous de Rome.

   

Je restais donc deux années à préparer, avec l’aide de collègues, les instituteurs de Rome aux méthodes spéciales d’observation et d’éducation des enfants insuffisants. En outre, après avoir été à Londres et à Paris, étudier pratiquement l’éducation des « déficients », je m’adressai directement moi-même aux enfants et dirigeai l’œuvre des faibles d’esprits dans notre institut.

Ces deux années de pratique sont mon premier vrai titre en pédagogie. De 1898 à 1900, je me suis ainsi vouée à l’instruction des « arriérés » et, depuis cette époque, j’ai cru avoir l’intuition que ces méthodes  n’avaient rien de spécial à l’instruction des idiots mais qu’elles contenaient des principes d’une éducation plus rationnelle que celle employée aujourd’hui, puisque même une mentalité inférieure pouvait en être agrandie et développée

La reconnaissance de l’enfant aux besoins spécifiques fait que l’on arrête  de le considérer comme un adulte en miniature. Maria Montessori fait partie de ces pédagogues qui œuvrent pour un mieux être de l’enfant, pour une meilleure prise en compte de ses besoins. C’est « considérer l’enfant comme un être qui, de son propre élan, aspire à s’élever ».
Un enfant handicapé et fait de la même structure qu’un enfant sans handicap, la seule chose importante  est donc la présence d’un enfant

L’objectif est de donner un « bon équilibre pour relever les défis de notre monde ». La confiance en soi de l’enfant est favorisée. « On cherche à grandir l’enfant en le responsabilisant en lui communiquant notre confiance en lui, en ses capacités ». « C’est une pédagogie qui favorise l’autonomie et procure la joie dans les apprentissages où la main et le corps participent »» » »

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

L’enfant dans une telle école est un enfant nouveau, attaché aux règles C’est plus qu’une méthode, c’est une nouvelle manière de voir les enfants et de vivre avec eux qui est mise au point avec cette pédagogie.

LA PEDAGOGIE MONTESSORI est une méthode d’enseignement active* et globale*  créée par Maria Montessori pour l’éducation des enfants… et aussi des parents. Composée d’un support matériel concret, attractif et scientifique, autocorrectif et progressif et d’une pédagogie appropriée.

Cette méthode humaniste répond aux besoins  de l’enfant à l’attente d’être l’adulte d’aujourd’hui. Elle favorise chez l’enfant dans une ambiance préparée, l’épanouissement libre de la personnalité,  la concentration, l’incarnation du savoir, la prise de conscience, la responsabilité,  la décision, le dépassement, l’autonomie…, et offre un outil simple, essentiel, de recherche et d’exploration scientifique de l’esprit humain, qui permet à l’adulte de comprendre de l’intérieur les mécanismes qui régissent le développement de l’enfant déficients ou non.

<<Les parents devront comprendre qu’une association sous le concept Montessori n’est ni une garderie ni une école de jeux << Cette pédagogie donne l’importance à l’enfant pour devenir l’homme du futur

Le rôle de l’éducateur

Avec le concept Montessori il n’y a pas de bureau pour l’éducateur, comme point focalisant de l’attention,  parce que la stimulation provient précisément de la disponibilité constante du même étant  un peu partout vigilant et en disposition de venir en aide à chaque instant

Le Dr. Montessori parle toujours de l’éducateur comme d’un dirigeant, et son rôle est considérablement différent de celui d’un éducateur traditionnel. Il est, avant tout, un observateur très attentif

La pédagogie Montessori se divise en cinq groupes principaux :

– vie pratique cuisine, foyer, jardinage etc.…

– sensoriel, peinture, découverte, manualités etc.….

-mathématiques- langage, sciences, histoire et géographie

-le coin bibliothèque

L’aspect physique n’est pas oublié, comme serait celui d’attention donné aux enfants IMC suivant une méthode conductrice montre l’efficacité de cette pédagogie ainsi comme la référence très spécifiques de la prise en charge des enfants, diagnostiqué dès la naissance, ayant des besoins spécifiques

Cette pédagogie met en marche un traitement de stimulation précoce qui favorisera la croissance des capacités pour que l’enfant soit un adulte autonome et libre de tout préjugé

MONTESSORI