La mort subite du nourrisson un sujet pas du tout banal

La mort subite du nourrisson

Ce phénomène est encore mystérieux pour le corps médical. Mais on sait exactement de quoi il s’agit : c’est la mort brutale et inattendue d’un petit bébé âgé de moins d’1 an et qui est en bonne santé. Et cet accident arrive souvent pendant le sommeil.

Il faut remonter jusque dans les années 60 pour trouver un début d’explication. À cette époque, on a l’habitude de coucher les enfants sur le ventre

et on va assister à un accroissement de décès du nourrisson. Ce n’est qu’au début des années 90 que des mesures sont enfin prises à la suite d’études démontrant les résultats positifs du couchage sur le dos. En France, la première campagne date de 1994 avec comme mot d’ordre, le couchage sur le dos. Depuis, le nombre de mort subite a fortement baissé.

Aujourd’hui, on connaît les bébés à risques : ce sont en majorité des garçons, au cours de leur premier hiver. Pour l’âge, il n’y a pas de différence de sexe.Les plus menacés sont les petits entre 2 et 4 mois, avec un pic vers 3 mois et demi. Si le bébé est prématuré, exposé à la nicotine et dort dans une chambre trop chaude (au-dessus de 21°C), il cumule des facteurs augmentant le risque de mort subite.

Voici les 7 conseils pour protéger votre petit :

1- couchez votre enfant sur le dos exclusivement sauf prescription médicale. C’est la meilleure position. L’enfant peut respirer sans risque d’étouffement.

Pourquoi fait-on dormir bébé sur le dos.

On a souvent considéré qu’il fallait faire dormir les bébés sur le ventre afin d’éviter qu’ils ne s’étouffent en faisant une fausse route. Actuellement tous les médecins demandent aux parents de faire dormir bébé sur le dos afin d’éviter le risque de mort subite du nourrisson.
Des études très sérieuses ont montré que cette affection touchait beaucoup plus souvent les bébés qui dormaient sur le ventre. Les explications données sont de deux ordres.


A- La première est que le bébé est trop couvert

il s’enfonce souvent dans un matelas trop mou. Cela fait que les échanges d’air se font très mal et que bébé respire l’air qu’il rejette. Dans certains cas est vraisemblable qu’il décède dans son sommeil par défaut d’oxygène renouvelée.
B- La deuxième ne devrait plus exister. Les anglais ont mis en évidence que le mélange urine – transpiration avec certains matelas, dégageait un gaz toxique que le bébé respirait lorsqu’il avait la face contre son matelas.

Pour les parents qui ont très peur des reflux

pour se rassurer, ils peuvent surélever la partie du lit correspondants à la tête de bébé, en mettant de gros livres sous les pieds du lit côté tête. Il est plus imprudent de mettre bébé sur le côté, ou alors il faut bien le caler et ne pas retomber dans l’excès de coussins, couvertures ou draps de maintien qui risquent de séquestrer autour du nourrisson l’air vicié.


– Pas de couverture, de couette ou d’oreiller.

Préférez la gigoteuse ou turbulette.

        

Choisissez un matelas bien ferme et évitez les nombreuses peluches. Le bébé autorégule sa température et notamment en cas de fièvre.
– surveillez la température de la chambre.

Elle doit se situer entre 18° et 20° pas plus. Et le bébé a de la fièvre ou s’il fait chaud, n’hésitez pas à le découvrir.
– Préservez votre enfant des environnements pollués que ce soit par la cigarette ou par des infections en tout genre.

Pour vous aider :
Fédération  » Naître et vivre « , 30 rue Louis Roguet, 45000 Orléans.
Tél : 02 38 53 62 95