LA LOGOPEDIE

dyslexie.png 

LA LOGOPEDIE 

 

La logopédie est une discipline scientifique paramédicale. En lisant ce petit dossier, vous comprendrez mieux ce qu’est le travail du Logopède. Vous découvrirez, entre autres, les types de situation où il est conseillé de le consulter. Afin d’illustrer notre propos, nous présenterons aussi quelques-unes des pathologies (dyslexie, dysgraphie, bégaiement,…) fréquemment rencontrées par le Logopède.

 

1.   1.    Introduction 

La logopédie a émergé, petit à petit, autour des années 20. Elle traite principalement de tous les problèmes qui touchent la communication orale ou écrite. La logopédie utilise des techniques pointues pour diagnostiquer un problème et mettre en place un programme de rééducation adapté. Elle joue aussi un rôle essentiel de prévention, notamment auprès des jeunes enfants. Les problèmes de langage peuvent avoir des origines diverses (psychologiques, physiologiques,…). Par conséquent, la logopédie est très clairement l’un des principaux carrefours du monde de la santé mentale.

 1.   2.    Qu’est-ce qu’un(e) Logopède ?

 Tout d’abord, il faut savoir que le Logopède est aussi appelé orthophoniste, ce qui veut dire, au sens étymologique du terme, l’articulation d’une langue sans défaut. Le Logopède s’occupe donc de tous les problèmes qui touchent à la communication humaine. Il intervient dans les pathologies liées à la parole, à la voix, au langage oral ou écrit, quelle qu’en soit l’origine.

A l’inverse de ce que l’on pourrait croire, le Logopède ne travaille pas qu’avec des enfants, il traite aussi les adolescents, les adultes, ou encore les personnes âgées, dans un but de prévention ou de réadaptation..

 1.   3 Les troubles du langage oral

Les troubles de l’articulation

Un trouble de l’articulation est une erreur systématique et permanente dans l’articulation d’un phonème. Cette erreur de mouvement génère un son inexact, qui se substitue à la prononciation correcte d’une voyelle ou d’une consonne. Ce défaut de prononciation peut engendrer des troubles tels que : Le zozotement : la langue vient soit buter contre les incisives supérieures, soit se placer entre les dents. Le chuintement : l’air s’échappe par le coin de la bouche pendant la parole, Certaines consonnes tels que f, z, v se prononcent avec les lèvres poussées en avant. Le zézaiement : ch et j sont remplacés par s et z, etc.

Le retard de parole Un retard de parole fait référence à un enfant qui ne parvient pas à organiser correctement les phonèmes d’une syllabe ou d’un mot. Ici, ce n’est plus au niveau du son mais bien au niveau de l’organisation phonologique du mot que se situe le problème. On aura par exemple des erreurs du type :  » valabo  » pour  » lavabo « ,etc.

 1.   4.    Les troubles du langage écrit

La dyslexie dysorthographie

A L’inverse de ce que l’on pense généralement, la dyslexie n’est pas simplement l’inversion de lettres ou de chiffres. En effet, le terme général de dyslexie (ou son homologue dysorthographie) est utilisé pour désigner des difficultés d’acquisition du langage écrit.

Selon Suzanne Borel-Maisonny (l’une des fondatrices de la logopédie) la dyslexie est  » une difficulté particulière à identifier, comprendre, et reproduire les symboles écrits, qui a pour conséquence de troubler profondément l’apprentissage de la lecture entre 5 et 8 ans, l’orthographe, la compréhension des textes et les acquisitions scolaires par la suite « .

 

5 Les troubles du rythme de la parole

Le bredouillement

Le bredouillement est souvent confondu avec le bégaiement et passe souvent inaperçu. Il se caractérise principalement par un débit de parole trop rapide, des télescopages de syllabes, un rythme saccadé, etc.

Le bégaiement

Le bégaiement est un trouble de l’élocution qui se manifeste par la répétition de certaines syllabes ou par des blocages au cours de l’émission de la parole. —————————

 LOGOPEDIE OU ORTHOPHONIE

MISE A POINT

EXEMPLE

 Les sessions doivent se faire avec une durée de 30 minutes par jour à l’école avec l’éducateur et 30 minutes par jour à la maison

 1/L’enfant doit être assis devant son éducateur, celui-ci doit lui faire sentir avec sa main mise sur la gorge du moniteur les vibrations que produits les sons quand on  fait un O très sonores ou n’importe quel bruit réalisé avec la gorge

Quand l’enfant essayera de nous imiter nous changerons d’activité car nous aurons arrivée à notre premier petit but, mais en revenant tous les jours au début de chaque session, jusqu’à que l’enfant commence à parler

 2/Un foi au but du premier pas nous pourrons continuer, cette foi-ci l’éducateur et l’enfant seront assis l’un à côté de l’autre et ils auront en face de eux un grand miroir qui prendra entièrement l’éducateur et l’enfant de ceinture jusqu’à la tête, il doit y avoir une table devant eux pour pouvoir appuyer les bras et parfois pouvoir déposer des éléments qui nous aiderons à crée des situations d’orthophoniques, comme les sifflets, les papiers, les petites cloches , souffler et autres .

 Les sessions seront celles des grimaces sans sons, des mots dits sans sons, de manière que l’enfant puisse commencer à découvrir le geste et l’expression des mouvements dans le visage de son éducateur, nous serons arrivée au but quand l’enfant commencera à nous imiter

 

3/ Un autre but réalisé donc un autre exercice à commencer

Celui-ci doit déjà laisser écouter les premiers sons de paroles, on commence par les voyelles, après on ajoute des consonnes, on dit le nom de l’enfant de l’éducateur et du père de la mère, on dit de mots simples en articulant bien les lèvres

Il est évident que nous serons au but quand l’enfant sera capable de parler, le temps ne peut se marquer dans les buts, il faudra recommencer du début à chaque foi avec patience

www.fondation-dyslexie.org

http://www.santementale.be/dossier/logopede.asp