La dépression existe chez l’enfant


La dépression existe chez l’enfant. Certes, elle est moins fréquente que les troubles anxieux mais elle est indéniable.

Il est parfois facile de retrouver le facteur déclenchant de cette dépression infantile.
Ce peut être un deuil, la perte d’un membre de la famille ou d’un ami, voire d’un animal familier, le divorce des parents, un déménagement qui a séparé l’enfant de ses camarades.

Plus fréquente chez les garçons avant la puberté, plus fréquente chez les filles après la puberté.

Elle se caractérise par:
1- des troubles de l’humeur qui peuvent s’exprimer par des paroles telles que « Je suis nul », « J’ai envie de rien », « Tout est ma faute », « Personne ne m’aime », « C’est trop dur, je n’y arrive pas »,
2- une inhibition intellectuelle et des plaintes somatiques: « J’ai mal partout », « J’ai mal au ventre », J’ai mal à la tête ».
Le désarroi des parents est traduit par des phrases comme « Il n’est plus comme avant », « Je ne le reconnais pas », « Il n’est jamais content ».
Une autre forme de dépression peut se traduire par une fatigue, une irritabilité et des troubles alimentaires avec dysfonctionnement scolaire, familial et social.
Enfin, une troisième forme peut se caractériser par des troubles de l’adaptation après un stress psychosocial ou familial.

En général cela dure de 6 à 8 mois avec retentissement scolaire et social léger.
La dépression de l’enfant s’accompagne souvent d’anxiété:
– PHOBIES
– TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS
– ANGOISSE
Chez les très jeunes enfants, le tableau clinique est différent: il s’agit d’un enfant sans pleurs ni larmes, ne souriant pas, les traits figés, ne répondant pas ou mal aux sollicitations.

La dépression qui peut exister chez le nourrisson est en général attribuée à la rupture des liens d’attachement avec la mère.

Il est difficile de porter un pronostic à long terme de ces dépressions infantiles dans l’état actuel des études statistiques encore inachevées. On ne sait pas s’il y a un lien entre la dépression infantile et la dépression plus tard de l’adulte.

Le traitement de ces dépressions fait appel, comme pour les dépressions de l’adulte, aux médicaments antidépresseurs.

Cependant, la place de la psychothérapie doit être prépondérante et utilisée avant tout traitement médicamenteux.

http://sante-guerir.notrefamille.com/v2/services-sante/article-sante.asp?id_guerir=7679