L AMI IMAGINAIRE ALERTE IL PEUT SE CACHER UNE PATHOLOGIE

 

Grossesse non  désiré   =  Enfant non désiré

==========================

NAISSANCE+ EMOTIVITE+ AMOUR+ENTOURAGE

======================================= ========

SOLITUDE+NON ACCEPTATION DE SOI+INTROVERSSION

================================================

 

AMI IMAGINAIRE+HYPERACTIVITE

+

DOUBLE PERSONNALITE

+

ENFANT DELINQUANT

+

PSYCHOPATIE = ENFANT TUEUR

: titanic.superforum.fr/t1793-l-enfant-tueur-de..

http://www.liberation.fr/monde/0101622758-tortionnaire-a-10-ans-libere-a-18-ans-re-arrete-a-27-ans

Cela ne veut pas dire que tous les enfants qui ont un ami imaginaire on cette pathologie

Mais dans tous les cas jamais banalisez

 

AVOIR UN AMI IMAGINAIRE


Quand un enfant nous fait part ou nous découvrons qu’il a un ami imaginaire en principe rien peut nous faire soupçonner que quelque chose arrive à cet enfant, pas du tout, ce n’est pas mauvais, car cela va en partie l’aider à développer son imagination et aussi il va enrichir son vocabulaire, même si certains mots dit sont une copie d’une écoute d’un proche et en principe il ne sait pas trop bien ce que cela veut dire, mais il les utilise parfois dans des concepts erronées mais qui malgré tout va faire que sont vocabulaire plus tard soit plus souple et riche

Mais cependant il ne faut pas banaliser quand on parle à la légère de la normalité que les enfants aient un amis imaginaire, ni touts les enfants ont un amis imaginaire, ni tous les enfants tiennent à cet ami imaginaire comme la soupape d’échappe de sa timidité, de sa peur et de sa détresse, mais si à un moment si il faudra faire attention si il faudra voir pourquoi cet enfant ne joue pas avec d’autres et préfère rester avec cet ami imaginaire, disons qu’il faudra en tout cas prêter un peu plus d’attention à cette banalisation que certain collègue font de cette épisode de l’enfance

Parfois et avec grande surprise plus tard nous pourrons découvrir, et parfois un peu tard que cela n’a pas été si peu important comme on ne le pensait

Donc nous allons avoir certains aspect à tenir bien en compte pour pouvoir faire des appréciations un peu plus professionnelles, que non de celle de mettre à tous dans le même sac

L’Introversion

Introvertis est, à l’opposé de l’extraversion, concentrée à l’intérieur d’eux-mêmes et il interagit fortement avec leurs pensées, leurs perceptions et leurs réactions. Donc, Introvertis est réservés, discrets, et ils interagissent un peu moins

l’Introversion et l’excès de la même

  •  Concentration
  •  Réflexion
  •  Calme
  •  Attention
  •  Appondit les contacts
  • Absence d’expression
  •  Manque de réaction
  •  Ennui
  •  Distance et froideur
  •  « Inhibé »

 

Psychopathie 

La psychopathie est un trouble du comportement caractérisé par le déni de l’individualité d’autrui et un comportement généralement impulsif et antisocial pouvant aller jusqu’au crime. En psychologie, ce type de personnalité se caractérise par des conduites anti-sociales fondées sur des impulsions sans éprouver de culpabilité.

Ce sont en général des actes de délinquance, des mensonges ou le mépris du danger. La vie sociale est instable

ÉTAT  LIMITE CHEZ L’ENFANT

  

L’évolution pourra se faire vers une organisation psychotique (accès au dossier « organisation psychotique« ) qui se développera en fin de période de latence (accès au dossier « latence« ), ou une organisation pseudo déficitaire, ou alors vers un déficit dans un secteur particulier (accès au dossier « déficit infantile« ). L’évolution pourra être de type caractériel avec adaptation de surface fragile et grande rigidité des fonctions mentales. On pourra enfin observer une évolution dysharmonique.

 

Pathologie caractérielle

 

C’est un trouble du caractère et du comportement. Les enfants sont instables, agressifs (accès au dossier « agressivité« ), émotifs, anxieux, impulsifs, renfermés ou excités, opposants… On notera l’importance des pulsions agressives extériorisées ou non, avec absence apparente de souffrance. Il existe souvent dans l’entourage familial une carence affective, ou une déviance, ou encore une déficience sociale.

 

Organisations psychopathiques et perverses :

 Des enfants psychopathes: le terme paraît moralisateur et choque presque autant que d’anciennes étiquettes normatives et fatalistes comme « caractériel » ou « pervers« . Certains enfants et certains préadolescents utilisent sans culpabilité ni conflit intrapsychique l’agir comme mode exclusif d’expression de pulsions archaïques (accès au dossier « pulsions« ) et ne peuvent établir de relations stables avec l’autre.

Ces trois points (primat de l’agir, absence de conflit, incapacité au transfert) définissent non seulement un comportement mais aussi une organisation spécifique qui est inscrite très tôt.

Perversions infantiles

 On sait que Freud a provoqué un scandale, aujourd’hui désamorcé, en traitant l’enfant de « pervers polymorphe ». Il entendait par là d’une part que la sexualité infantile normale s’exerce sous les multiples aspects des pulsions partielles et n’est pas soumise au primat de l’amour génital d’autre part que cet exercice s’opère sans culpabilité (l’absence de souffrance névrotique signe la structure perverse qui par là est bien le négatif de la névrose).

 Plutôt que de faire le catalogue des diverses activités perverses de l’enfant rappelons quelques rapports entre certaines de ces activités et des moments du développement et des mécanismes spécifiques de défense:

 Remarquons que la plupart de ces comportements pervers sont bipolaires ou plutôt ont deux faces complémentaires et indissociables.

Les troubles qui peuvent être origines de certains comportement acquis pendant l’enfance

 

Les enfants souffrant d’un trouble de la personnalité limite on va les trouver par mis ceux qui non sont la moindre déficience intellectuelle mais qui sont émotionnellement perturbées et avec des comportements pouvant parfois sembler excessifs, enfantins ou immatures, selon chaque moment, excessivement moqueur envers les autres par exemple.
Ils ont une tendance à réagir plus intensément que les autres à des niveaux de et ils prennent plus de temps pour se rétablir,. L’on parle de dérégulation émotionnelle ou de surémotivité (personne surémotive, surémotif).

 

Les relations avec une personne souffrant de trouble de la personnalité peuvent être extrêmement chaotiques du fait de leur « tempêtes émotionnelles », changements d’humeur soudains et impulsivité.
Elles sont incapables d’avoir une vie « normale

Leur vie est une véritable souffrance car elles présentent à l’entourage une apparence de « normalité ».

Après et à fure et à mesure qu’ils grandissent les personnes souffrant de ce trouble, se conduire longtemps en adulte « comme tout le monde » est un rôle alors qu’elles sont dans une vraie détresse et incapable de mener à terme longtemps

Ils peuvent ressembler à des enfants perturbés prisonniers d’un corps d’adulte mais sont en fait des adultes victimes de leurs émotions.

Cette maladie toucherait 3% de la population mais est hélas totalement inconnue du grand public dans les pays comme la France
Plus grave encore, que cela forme une partie du corps médical mais aussi d’autres pays ne la connaissent finalement pas ou mal.
Le plus « stupide », c’est qu’à la différence de beaucoup de troubles mentaux, celui ci se soignent et les personnes qui souffrent peuvent guérir pour retrouver une vie pleine et épanouie.

 

Comment reconnaître, un trouble de la personnalité

Est-ce que ceci vous décrit ou décrit une personne que vous connaissez ?  » Mais pourquoi a t’elle fait cela ?  » 

Nous pouvons déterminer en partie se problème si :
-Incapacité à gérer ses émotions ou victime de ses émotions

-Problèmes relationnels

-Changements d’humeurs soudains, intenses rapides ou fréquents

-Anxiété

-Relations de type Amour / Haine. Pense autrui en Tout Bon / Tout Mauvais sans compromis

-Sentiment d’être une  » victime « , incapacité à accepter ses propres responsabilités

-Sentiment de déprime, tristesse ou de vide

-Accès de colère fréquents ou imprévisibles (extériorisés ou pas)

Image de soi instable

-Peur de l’abandon

-Comportements impulsifs autodestructeurs comme la Boulimie, Sexualité à risque, Anorexie, Dépenses incontrôlées, Alcool, Drogue, Conduite dangereuse, Abus de médicaments

-Attaques de rage

-Tentatives de suicides ou d’automutilation comme se couper, se brûler, se griffer

 

Les personnes passent leur temps à contrôler plus ou moins des émotions qu’elles ne contrôlent pas vraiment
Leur capacité à cacher leur maladie fait que bien souvent l’entourage  » ne voit rien « , alors que leur vie est une souffrance et un véritable enfer dissimulé et c’est ici que commence parfois leur angoisse si déjà ils n’ont pas eut leur moment de libération, certain apaise tous leurs maux en tuant

 

http://psychiatriinfirmiere.free.fr/infirmiere/formation/psychologie/psychologie/mecanisme-defense.htm