ESPAGNE MUSULMANE COMMUNAUTE DE MURCIA «  »ROYAUME DE MURCIA » »

La Muralla Islámica de la Madinat Mursiya

Muralla Islamica Murcia 1024x559 La Muralla Islámica de la Madinat Mursiya

 

Le Royaume de Murcie fut une des taïfas d’Al-Andalus, située dans le Levant espagnol et dont le territoire fut partagé entre la Couronne de Castille (qui conserva un royaume sous ce nom) et la Couronne d’Aragon (qui l’intégra au Royaume de Valence) à la suite de la Reconquista.

Domination musulmane

   arco mirhab San Juan de Dios Murcia 225x300 El Alcázar Nasir de San Juan de Dios

 

    

En 713, deux ans seulement après l’invasion arabe de la Péninsule, l’émir Abd al Aziz occupa la province de Cathagène. Lecomte Théodomir, qui était gouverneur de la province, signa une capitulation favorable. Il obtint une certaine autonomie en échange du paiement d’un tribut par les habitants de la zone. Ce pacte incluait 7 cités: Orihuela, Alicante, Begastri (Cehegín),Mula, Lorca, Elche et Eio.

L’instabilité de l’émirat de Cordoue (entre 754 et 929) et les nombreux conflits sociaux entre arabes et wisigoths provoquèrent la destruction de Eio, mais aussi la fondation par l’émir de Cordoue Abd al-Rahman II de la cité de Mursiya (l’actuelle Murcie), en avril 825; elle fut la dernière des grandes cités de la Région de Murcie à être fondée.

Durant l’époque pacifique du Califat de Cordoue, entre 929 et 1031, la nouvelle cité de Mursiya croît, prospère et arrive à être importante dans le califat. Cette époque florissante a été freinée lors de la période des taïfas, qui a été une période d’actions belliqueuses, et les émirs vont se succéder à la direction de la région. En 1088 une troupe commandée par Álvar Fáñez, le lieutenant duCid, s’appropria la forteresse de Aledo et saccagea la zone.

Lorsque les Almoravides eurent réussi l’unification d’Al-Andalus (à Murcie depuis 1091), surgissent les seconds royaumes de taïfas. À cette époque, Murcie a obtenu une grande hégémonie grâce à Muhammad ibn Mardanis, le Roi Loup, qui a maintenu des relations amicales avec le Royaume de Castille et a organisé la résistance contre les Almohades entre 1147 et 1172. Durant l’émirat du Roi Loup, Murcie atteint une splendeur immense, au point que sa monnaie devint une référence dans toute l’Europe. La prospérité de la cité était basée sur l’agriculture; profitant de la rivière Segura, on créa un réseau hydraulique complexe (canaux d’irrigation, canalisations, barrages, norias, aqueducs); ce système était le précurseur du système actuel d’irrigation de la huerta du Segura. L’artisanat également était très important et avait un grand prestige, de sorte que la céramique murciane s’exportait dans les républiques italiennes. À tout cela, il faut ajouter les nombreux lieux de loisir et de culture que l’on a créés, marques de cette splendide étape de l’émirat de Murcie, qui fut capitale d’Al-Andalus durant un temps.
C’est approximativement à cette époque qu’apparait à Murcie l’élevage du ver à soie, la fabrication du papier, et également une espèce de vermicelles, appelés aletría.

À l’époque des troisièmes royaumes de taïfas (1228 -1266), Ibn Hud se rendit indépendant, convertissant à nouveau Murcie en capitale d’Al-Andalus. C’est alors que commença la période pendant laquelle la culture de Murcie arriva à son développement le plus grand, en contraste avec son instabilité politique, qui s’est renforcée après la mort de Ibn Hud en 1238.

Assimilation castillane

En 1243, l’émir de Murcie signa la capitulation de Alcaraz, en acceptant un protectorat des royaumes de Castille et de León. Ainsi, Murcie gagna une forte alliance pour faire face aux Aragonais (de Jacques Ier) et aux gens de Grenade (de Ibn al-Ahmar). La Castille, en contrepartie, obtenait un accès à la Mer Méditerranée. Néanmoins, Jacques Ier d’Aragon installa comme Grand Amiral du Royaume de Murcie, son fidèle lieutenant-gouverneur de Montpellier, Guillaume de Roquefeuil.

dans le cadre des travaux archéologiques est apparu Arabes.

Pas étonnant que l’apparition de restes de l’ère islamique dans ce domaine [depuis la place est l’ancienne paroi médina islamiques mètres et quelques-uns de l’une des portes menant à ce mur, les musealized dans le Visitor Center du mur Santa Eulalia ],ce qui importe vraiment, c’est que les restes apparu correspondant à un cimetière appartenant à l’aristocratie arabe. Ce ne sont pas les fosses communes, mais en briques recouvertes de tombes d’une couleur ocre. Dans le style des tombes royales de la église de San Juan de Dios .