ESPAGNE MUSULMANE ALCOY (village d’Alicante de la communauté de Valencia)

Alcoy, en espagnol, ou Alcoi, en valencien (dénomination officielle bilingue1) est une ville espagnole, capitale de la comarque de l’Alcoià (dans le nord de la province d’Alicante). La commune compte 60 931 habitants. Alcoy est une ville avec une importante tradition industrielle, particulièrement centrée sur l’industrie textile. C’est dans cette ville que s’est produite la première contestation ouvrière en Espagne. La langue dominante officielle est le valencien.

      

Histoire

À proximité de la Sarga existent des abris avec des peintures rupestres préhistoriques où l’on trouve des scènes de chasse, ainsi qu’un ensemble de motifs figuratifs et schématiques qui complètent la séquence pictographique post-paléolithique de la Méditerranée péninsulaire (Ve-IIIe millénaire avant J.C.). D’autres restes de l’époque Néolithique et de l’âge des Métaux, témoignent de l’occupation préhistorique du territoire municipal.

Le peuplement durant l’époque ibérique (ive ‑ iiie siècle av. J.-C.), dans les zones de la Serreta et el Puig, constitue un exemple unique de l’urbanisme ibérique.

         

Les restes de la romanisation, bien que rares, ont été trouvés dans de petits noyaux de peuplement (aujourd’hui appelés en espagnol : alquerías), dont les toponymes persistent actuellement (Uixola, Benisaidó, Polop, Barxell, etc.), qui dépendaient – entre les xe et xiiie siècles – de la fortification de el Castellar.

La naissance du noyau urbain remonte à l’année 1256 et résulte du désir de coloniser et rendre sûre la frontière méridionale du Royaume de Valence, après la conquête chrétienneconduite par Jacques Ier d’Aragon. Les dernières révoltes du chef arabe Al-Azraq, en 1276, furent finalement étouffées. Al-Azraq mourut alors qu’il assiégeait Alcoy. Le pouvoir chrétien sur l’actuelle province d’Alicante fut définitivement établi.

En 1291 le roi Jacques II d’Aragon a fait donation de la ville à l’amiral Roger de Lauria, la ville ne retrouvant le pouvoir des rois qu’en 1430. Cette année-là, à la suite du soulèvement du seigneur d’Alcoy d’alors, Federico de Aragón, Comte de Luna, la villa passa sous le pouvoir royal, et depuis 1447 le roi Alphonse le Magnanime lui confirma le privilège d’avoir une représentation aux Cortes valenciennes.

Durant la Guerre de Succession (1705-1707) les alcoyanos défendirent la cause de l’Archiduc Charles, à la suite de quoi, la ville dut subir un siège et des attaques. Elle dut accepter l’abolition des privilèges locaux; elle dut payer des amendes, etc.. tout cela entraina une diminution de sa population et de sa richesse. Quelques années plus tard le roiPhilippe V lui accorda la suppression des charges et donna des privilèges à la Real Fábrica de Paños.

Fête Maures et Chrétiens à Alcoy

   

L’expression spectaculaire des fêtes de Moros y Cristianos se produit à Alcoi. On y remémore les évènements survenus au XIIIe siècle, au temps de Jaime I el conquistador, lorsque la ville subit l’attaque du chef maure Al-Azraq et, selon la légende, San Jorge apparût chevauchant sa monture pour aider la ville, qui jura alors de construire un temple en son honneur et de le célébrer par des fêtes. À Alcoi, la fête est déclarée d’intérêt touristique international.

              

Pendant les 22, 23 et 24 avril, Alcoi est une authentique explosion de joie, des milliers de drapeaux blancs avec la croix de San Jorge et autant de drapeaux verts avec le croissant de lune de l’Islam flottent au vent dans toute la ville.

       

Des dianes, des processions et des Entrées se succèdent et mettent en scène la prise du château par les maures et la reconquête par les chrétiens.

    

Le roulement des tambours, les trompettes, les volées des arquebuses en plein cœur de la bataille, l’odeur à poudre, la fumée… c’est absolument époustouflant !