DÉPRESSION DU NOURRISSON

Un nourrisson de plus de 6 à 8 mois, séparé de sa mère de façon brutale et prolongée, sans substitut maternel, peut verser dans une dépression profonde
Seul le rétablissement rapide du lien maternel pourra éviter les redoutables complications que cela entraîne, pouvant aller jusqu’à la mort après une période de marasme physique et psychique.

Une période critique de quelques mois de séparation doit être connue, que cette période soit en rapport avec l’incarcération de la mère, une hospitalisation prolongée ou une attente de procédure d’adoption.
ca.jpg
SYMPTOMES
Le symptôme dépressif du nourrisson se manifeste par:
1) une atonie thymique avec indifférence, sans plainte ni même de tristesse. Le bébé ne semble pas s’intéresser au monde extérieur.

2) une inertie motrice (le bébé bouge peu), une monotonie de comportement à tendance répétitive (souvent mouvements de balancier sans fin) .

3) un repli sur soi illustré par un regard fixe d’expression très froide. La vigilance reste présente cependant.

Il faut également savoir que le désintérêt notoire de la mère pour son enfant, même sans séparation physique, peut aboutir au même résultat (en rapport avec une dépression profonde de la mère, une réaction maternelle à un événement très perturbant: décès familial, malformation de son enfant) .
TRAITEMENT
Le seul traitement est la reprise du contact maternel qui permet au nourrisson de retrouver le bien être puisqu’il retrouve l’objet aimé. Il faut également savoir que le lien maternel réalise une véritable conversation préverbale qui permet le partage d’expériences affectives indispensables au bon développement psychomoteur du nourrisson.
calimero.jpg
Enfin, il est des cas où le décès de la mère devra être remplacé par une représentation maternelle aimante le plus rapidement possible après le décès pour éviter l’apparition d’un syndrome dépressif souvent très préoccupant.