Comprendre la notion d’intérêt supérieur de l’enfant

Comprendre la notion d’intérêt supérieur de l’enfant

L’intérêt supérieur de l’enfant, les besoins fondamentaux

Comment définir la notion d’intérêt supérieur ?

Considérons qu’il s’agit de ce qui est important pour l’enfant, de ce qui est nécessaire pour lui assurer une vie digne et heureuse. Pour le dire autrement, cela implique que pour toute décision qui concerne un enfant, c’est l’impact que va avoir cette décision sur sa vie qui doit être considéré et donc son intérêt qui doit prévaloir.

Cette notion qui figure parmi les premiers articles de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant des Nations Unies est un principe général qui doit ou devrait s‘appliquer pour de nombreuses situations, par exemple en cas de séparation des parents, (voir à ce sujet l’épisode 12) lorsqu’on parle d’adoption (voir l’épisode 18) ou encore d’éducation (voir l’épisode 38).

Pour établir ce qui est important, on se base sur les définitions des besoins basiques ou fondamentaux de chaque être humain. Depuis les années 40, ces besoins font référence à 2 modèles théoriques, l’un communément appelé « Les 14 besoins fondamentaux de Virginia Henderson ».

Ces 14 besoins ont été définis en intégrant 3 approches :

Biologique
Psychologique/Sociale
Spirituelle

Son modèle est décrit comme suit:

1. Respirer
2. Boire et manger
3. Eliminer
4. Bouger, se déplacer
5. Se reposer, dormir
6. S’habiller et se déshabiller
7. Maintenir la température de son corps (savoir s’équiper en fonction des éléments extérieurs et changeant)
8. Etre propre, soigné, prendre soin de soi
9. Etre capable d’éviter le danger
10. Communiquer avec les autres (se faire comprendre et comprendre l’autre)
11. Agir selon ses croyances et valeurs
12. S’occuper en vue de se réaliser (capacité d’avoir une activité ludique, créative pour se réaliser)
13. Se divertir (sans être forcément centré sur soi-même)
14. Apprendre, s’adapter au changement
Les besoins fondamentaux

Chaque nouveau besoin ne peut être comblé que si celui qui le précède l’a été.

La pyramide des besoins de Abraham Maslow 2/2

 

Le second modèle porte le nom de Pyramide de Maslow

Pourquoi une pyramide ?

Et bien une telle construction suppose un premier niveau, une fondation solide ; chaque niveau qui s’ajoute doit également être bien construit car un défaut pourrait faire s’écrouler tous l’ensemble.

Ainsi, à la base de la pyramide se trouve tous les besoins permettant de rester en vie, ce sont les besoins fondamentaux comme les a définis Abraham Maslow:

Niveau 1 = Base de la pyramide composée de:

1- respirer
2- s’alimenter
3- éliminer
4- maintenir sa température
5- se reposer et dormir
6- activité musculaire et neurologique
7- contacts corporels
8- vie sexuelle

Niveau 2 = besoins psychologiques ou niveau dit de sécurité:

1- protection psychologique et physique
2- emploi
3- stabilité professionnelle et familiale
4- avoir des choses et un lieu a soi
5- maîtrise de l’extérieur

Niveau 3= besoins sociaux ou niveau dit d’affectivité:

1- être accepté comme on est
2- donner et recevoir de l’amour et de la tendresse
3- avoir des amis et un réseau de communication suffisant
4- être estimé des autres
5- appartenir à un groupe

Les Besoins des enfants

Si et seulement si ces besoins sont satisfaits viennent alors des niveaux de besoins secondaires :

Niveau 4= niveau de l’estime de soi :
1- avoir le sentiment d’être utile
2- sentiment d’avoir de la valeur (permet de s’accepter et de devenir indépendant)

Niveau 5= sommet ou niveau dit de réalisation de soi :
1- augmenter ses connaissances
2- développer ses propres valeurs
3- avoir une vie intérieure
4- créer de la beauté

Ces besoins sont à la base de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. On retrouve l’expression de ces besoins, sous différentes formes, dans les articles de la Convention ; besoins qui ne sont malheureusement pas reconnus partout et sont donc considérés de manière très différente selon le pays dans lequel chaque individu vit.

Afin de mesurer ces inacceptables disparités, il suffit de réaliser que des centaines de millions d’individus des pays pauvres n’ont même pas accès au premier niveau de cette pyramide pendant que des millions d’autres vivant dans les pays riches mettent tout en œuvre pour rajouter un niveau supplémentaire : le temps !

Comment faire pour ralentir le temps, comment faire pour vivre plus longtemps ?

Pour des millions d’enfants à travers le monde, la question est dramatiquement plus simple :

« Que faire pour rester en vie ? »

La notion d’intérêt supérieur de l’enfant nous oblige à trouver une réponse concrète et efficace pour tous les enfants du monde

http://fr.cyberdodo.com