CHANOYU LA CÉRÉMONIE DU THÉ AU JAPON

the

CHANOYU VEUT DIRE AUSSI QUE LES CHOSES LES PLUS SIMPLE DE LA NATURE PARFOIS MÊME SONT LES PLUS BELLE

J’ai fait des études de poterie pendant 5 années à l’ECOLE DES ARTS ET OFFICES DE SEGOVIA certains de mes professeurs ont eu la chance de pouvoir allée au Japon pour en savoir beaucoup plus , sur toute les histoires qu’un d’eux nous a raconter celle la a attiré mon attention

LA CÉRÉMONIE DU THÉ
il s’agit d’une longue cérémonie, et surtout un savoir vivre et comblé d’attention et de politesse les convives

Nous avons réalisé la cérémonie en suivant chaque étape , c’est une merveille  elle dure plus de 3 heures

Traditionnellement, la cérémonie Chanoyu se déroule dans une cabane construite à l’extérieur de la maison, connue sous le nom «maison vide», qui reflète le précepte taoïste qui nous rappelle que seule la vacuité peut tout contenir.
Bien entendu nous n’avions pas la cabane mais la grande coure de l’école ou nous avions utilisé un coin pour notre cérémonies et avions mis par terre un linoléum
    
 Nous avions rempli de coussins et de petite table basse et dans un coin prche de nous nous avions placé le four de Rakhu, un grand bidon demandé à la station de service et préparé pour servir de four à  scieur
La première chose à faire c’est ce déchaussé et on rentre dans la pièce à genoux, dans ce cas ou commençait le linoléum en nous faisant de l’air avec des évantails
 Une foi notre hôte nous donne la bienvenue avec des révérences à chacun de nos pas à genoux pour nous déplacer
après on se situ à côté d’un plateau situé au sol
    
Le  four de Rakhu n’est pas loin et on nous offre une  d’argile pour fabriquer notre tasse à thé, qui en réalité elle ne sera pas pour nous si non pour les prochains convives, les nôtre sont déjà cuite à manque de la décoration
 Le four étant déjà à la température désirable, entre 450 et 550 degré , nous procédons à la décoration du bol, chacun ce qu’il veut , normalement on met des caractère japonnais notre nom , pendant que l’émaille que nous avons utilisé pour décorer notre bol sèche nous fabriquons avec la boule d’argile le bol qui sera cuit dès qu’il sera sec pour les suivant convives que la maison aura la prochaine foi
                   
              
     
Une foi fini nous mettons avec des longues pinces nos bols et au bout d’une bonne demie heure nous sortons le bol avec les pince et le mettons dans une cuvette d’eau tiède et après dans une autre cuvette d’eau froide , chacun de nous récupère son bol et le sèche,  on revient vers notre place et on met notre bol sur notre petite table.
cela se fait pour montrer aux convives que  personne à touché avec ses lèvres la tasse et que nous sommes les premiers à les utiliser , c’est une  façon de de montrer une délicatesse envers le convive
   
 La cérémonie du thé est un art qui demande des années d’entraînement et de pratique. Bien que cet art consiste simplement à faire et à servir  une tasse de thé
A partir de ce moment commence un processus de nettoyage en profondeur de chacun des instruments utilisés pour faire du thé: le fouet, le scoop thé, récipient, seau pour l’eau et des tasses. Ce nettoyage commence par un mouvement simple et délicat avec lequel l’hôtesse un linge de soie plié pour en faire une petite place. Ces mouvements quoique simple, sont d’une grande élégance et Chanoyu souscrire à l’idée que le plus simple est la plus belle.
. Il purifiera à l’aide de linges de soie le service qui contiendra le thé, chauffera l’eau à une température précise, versera l’eau sur la mixture et fera naître dans chaque bol, avec un fouet de bambou, une mousse délicate à la surface du thé et présentera une part égale du breuvage à chacun des invités avec respect et humilité.
  
L’invité devra s’acquitter de sa tâche en buvant le thé avec humilité et respect à son tour et rendre le bol dans la même position qu’on lui aura remit.
  
Il semble même que, selon certaines écoles, l’invité doive, à la dernière gorgée, incliner la tête vers l’arrière et exécuter une sorte de plainte gutturale pour manifester son appréciation de la dégustation. Souvent, à la fin de la cérémonie, le Maître du thé présente les instruments qu’il a utilisé pour préparer le rituel et indique, par la même l’occasion, le nom des artisans qui les ont fabriqués.