C’EST QUOI UNE SECTE ?

C’EST QUOI UNE SECTE ?

           

Moi j’en ai connu une, mais par contre elle est légale, l’église même la soutient, elle est très forte elle se nomme OPUS DEI

Je ne vais pas dire des noms, car ma foi chaque personne doit être consciente de ce qu’elle fait avec sa vie

Moi j’ai été toujours un peu perdu dans ma vie, pas une incoformiste non, sinon une personne qui a besoin d’être écouté et parfois même être applaudi, peut-être c’est un trauma de vie, de mon enfance, j’ai tant de choses à surmonter dans la solitude que c’est normal que n’importe quel éloge à l’époque me flatter et me plaise

                

Je venais de sortir d’une mauvaise expérience comme celle d’une grave dépression, j’avais envie de me refaire une vie, la vérité je n’ai pas cherché sinon et je crois que pour cela j’y suis tombé plein le nez, on est venu me chercher, j’étais bien entendu au summum de ma motivation, on a besoin de moi, on croit en moi et en plus ils disent que le travail ne me fait pas peur

Oui en effet je mettais plongé dans mon travail à l’école où j’avais commencé à travailler depuis quelques années. Je connais par une circonstance travail de mon conjoint de l’époque une dame d’importante primordiale de la société dans laquelle je vivais, c’était la femme de quelqu’un important de la région où nous vivions

      

Nous nous sommes rencontrés dans une réunion oui, bon, disons si ainsi nous pourrions dire nous étions sur certaines questions d’accord même très d’accord, donc de la commence notre amitié

Un jour elle m’appelle pour si je veux l’accompagner faire une visite, moi flatté dans mon âme qu’une telle femme veuille que je l’accompagne je me mets à sa disposition immédiatement et me voilà parti à un monde imaginaire, de Marquise comtesses et gens de la haute société espagnole

Comment j’arrive à l’OPUS DEI ? Et bien sans même m’en rendre compte, un jour après l’autre je rentrais un peu plus à faire partie de tout cet engrenage qui ne me déplaisait pas et qui me donnait oui pourquoi pas du prestige aux yeux des autres

Je passais mon temps dans les prières, dans l’église de l’OPUS DEI, mais cela n’était selon eux suffisant, alors je commence à me rendre au centre qu’ils ont pour des réunions et des activités. On commence à me préparer pour que je donne des conférences un peu partout, chose que cela me plaisait et j’apprenais avec attention chaque mots que je dirai et chaque réponse aux questions que l’on pouvait me poser, toujours sans sortir des sujets, sans avoir un moment de doute tout devait être dit et fait avec une perfection extrême pour donner de l’assurance que ce que nous disions était la seule l’unique vérité

 

A dire vrai et je dois avouer avec la main sur mon coeur, que le livre que je devais me lire le principal était « «  CAMINO » »il m’avait plu du premier moment, peu de page et beau, des mots d’amour à autrui, sans complication, une lecture facile et avec beaucoup d’émotivité et de sensibilité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’était la Bible de l’OPUS DEI, il avait été écrit par MONSEIGNEUR ESCRIVA DE BALAGUER le fondateur de l’OPUS DEI. Un bon livre, très simple très facile de comprendre, aujourd’hui en y pensant, ce livre était le plus enfantin que nous pourrions trouver dans n’importe quel kiosque de lecture enfantine, mais mis dans ce monde il avait une valeur importante pour la fondation, que l’on nomme « « L’OEUVRE « «

CE LIVRE EXPLIQUE BEAUCOUP D ÉNIGME

 

Tout allait au mieux, rien de plus simple mode de vie, ma maison mon travail et mes petites obligations de sympathisante de L’OEUVRE

Dans l’OPUS DEI il existe une hiérarchie :

——————————————————————————————————————————————

ceci pris de fr.wikipedia.org

L’Œuvre, basée à Rome, Ils se subdivisent en différentes catégories :

  • tous les membres sont des laïcs, chrétiens ordinaires, à l’exception de ceux qui, pour les besoins des apostolats, se dirigent vers la prêtrise ;
  • les numéraires, femmes ou hommes, sont principalement chargés de la formation des autres membres et de la direction des apostolats. Ils sont généralement logés dans des maisons (centres) de l’Opus Dei et vivent le célibat apostolique ; les numéraires auxiliaires sont des femmes dont le métier consiste à s’occuper des tâches ménagères des centres de l’Opus Dei ;
  • les agrégés, femmes et hommes, vivent également le célibat. Ils participent, dans une moindre mesure, aux charges de formation et de direction. Ils vivent soit avec leur famille, soit seuls ;
  • les surnuméraires sont des laïcs, mariés ou se destinant au mariage, qui vivent la même vocation, mais avec une disponibilité plus limitée, à la suite de leurs obligations familiales ;
  • les coopérateurs sont des sympathisants, pas nécessairement catholiques ni même chrétiens. L’Opus Dei est la première institution catholique ayant intégré en son sein des coopérateurs non catholiques.

—————————————————————————————————————————————–

Moi bien entendu j’étais dans le début et j’était une simple coopératrice catholique. Un jour on m’appelle pour que j’aille parler avec une femme qui était l’équivalent des soeurs « c’était une numéraire »

La visite était pour que je prenne conscience de beaucoup de choses pour la bonne continuation dans « L’OEUVRE », une des choses que j’ai su que je devais aller une fois par semaine, parler ou comme une confession avec une numéraire qui m’avait été adjugé, bien jusque l’a non plus cela était le pire de mes problèmes cela vint après

Je commence donc mes visites une fois par semaine, au tout début bon on parlait c’était détendu, on prenait un café, disons qu’on me mettait à l’aise. En même temps on me donnait des nouvelles obligations, mais là, je commençais à ne pas trop être à l’aise, car déjà je me voyais trop dépendante d’eux et à la maison à mon couple cela commençait à l’agacer

Je commence donc mes visites et au bout de quatre semaines plus au moins on me pose une question qui m’incommode, elle me dit que combien de fois je faisais l’amour avec mon mari, si je sentais des sensations, les positions et si je prenais des anticonceptifs

Je rougie comme une tomate et malgré mes 43 ans je me sentais perturbé et sans savoir quoi dire, car peut-être à une amie très intime je pourrai arriver à faire une telle révélation ou confidence de ma vie intime, chose que je n’aurai jamais fait avec tant de profondeur et avec tant de détails comme on me demandait de faire

Je reste muette sans savoir quoi dire, en réalité je ne savais pas quoi dire et surtout comment dire des mots sur des choses de ma vie privée et intime, alors voyant mon embarras elle me prend par les mains et me dit avec une voix super tranquille, tu n’as pas besoin de me répondre maintenant tu y penses et la semaine prochaine tranquillement on en parle

Je ne dis rien bien entendu chez moi pour essayer moi-même de comprendre tout cela, une semaine plus tard je vais à la rencontre de ma confessionnelle elle me dit : si je suis prête à parler, je lui dis que de tout non, que seulement d’une seule chose, alors elle me dit que d’accords je ne veux pas te stresser, on a le temps non ? Elle me prend les mains et me dit » alors tu vas me dire quoi ?»

Timidement je lui dis que seulement je lui parlerais des enfants que j’ai eu et il me dit « mais tu as quel âge ? » 43 ans, » mais c’est encore trop tôt pour laisser d’avoir des enfants » » alors je lui informe que j’en ai 6, elle me répond que le mariage était un contrat permanent avec la procréation, qu’une femme doit avoir les enfants que Dieu est en disposition de nous offrir et que « L’OEUVRE « ainsi l’exigeait pour grandir en splendeur, je lui dis que je ne pouvais penser à avoir plus d’enfants que je croyais que j’avais eu ce que vraiment je désirais avoir. Elle me répondit que moi je ne dois mettre aucune limite à notre Seigneur notre Dieu.

Je me lève pour partir et je lui dis que je dois penser à tout cela, elle me dit ah ! la semaine prochaine, nous devons partir en voyage, je pose la question Où ? Elle me dit au Nord de l’Espagne à une pérégrination je lui dis déjà que c’est impossible j’ai mes enfants mon travail et je ne peux pas disposer ainsi de mon temps ni de l’argent, car ce n’était pas gratuit, c’était même très cher, elle me regarde et elle me dit ne te préoccupe pas mais …….de rien laisse-moi faire tu verras comme tout à une solution

Oui….toujours tout avait une solution, les rencontres des prières de certains samedis, cela est sans importance c’était pendant la journée, ces rencontres étaient payantes aussi, mais bon pas pour faire peur à la poche, à certaines rencontres je n’y allais pas, trop d’heures et trop cher

Le lundi j’arrive à l’école où je travaillais et le Directeur me fait aller à son bureau, une fois la bas il me dit que quelqu’un l’avait appelé de L’OPUS DEI, si je connaissais ? Oui je lui répondis, il m’indique qu’on voulait que l’on te dispense de venir à ton travail pendant 15 jours, car tu était compromise avec eux pour une pérégrination au Nord. Moi j’hallucinais, comment 15 jours ? Alors, il me répond que bon qu’en plein cours il ne voyait pas convenant cette demande de vacances, mais que bon comme jamais je n’avais rien demandé à ce sujet que pour lui il n’y avait aucun problème, pour lui, mais et moi ?

J’arrive à l’heure de manger chez moi et je vois qu’il y avait une enveloppe sur la table de la salle à manger, mon mari avec une tête d’enterrement, j’avais peur de poser une simple question, « qu’est ce qui arrive ? » pas besoin il attaque tout de suite le sujet et me dit qu’il était venu une femme me donner de l’argent pour le voyage que je devais faire au Nord de l’Espagne en plus elle lui avait dit qu’une femme de ménage allait venir tous les deux jours pour faire le ménage et s’occuper des enfants, Voilà sans plus ni rien de moins, je suis restée abasourdie et muette.

Bien entendu je commence à lui dire tout et même avant de finir mon récit il me dit de les appeler et de leur dire que NON qu’ils pouvaient venir chercher son argent et que rien de rien il allait être fait.

Au fond je me suis sentie très soulagé et surtout soutenue, je fais l’appelle et on me dit « « ATTENS ATTEND TU DIS QUOI ? MAIS  ÇA VA PAS » » « « ALLEZ DEMAIN ON ENPARLE» » j’insiste, nous n’avons rien de plus à ce dire et là commence un vrai enfer, des appelles sans cesse à la maison, des attentes à la porte de l’école, la sonnette de la maison sans arrête, combien de temps tout cela UNE LONGUE ET INFERNAL ANNEE.

Nous avions changé le numéro de téléphone, les sorties de la maison presque en cachette, de l’école je sortais par des portes différentes. Mais enfin un jour tout fini à Dieu grâce, moi j’étais une simple coopérante, le plus bas de la hiérarchie, imaginez vous ceux qui sont plus en haut, je ne sais que certains, sortir de tout cela a été digne d’un film de terreur

ATTENTION ATTENTION ! D AUTRES SECTES SONT ENCORE VRAIMENT PIRE ET PLUS DANGEREUSES