C EST QUOI L’EMPATHIE?

EMPATHIE:

-CAPACITÉ POUR  COMPRENDRE  LES AUTRES

-ADOPTER LE POINT  DE VUE DES AUTRES

-COMPRENDRE LEURS ETATS DESPRIT

-IMITER LE COMPORTEMENT DES AUTRES

-RÉAGIR AUX ÉMOTIONS

-ARRIVÉE A COMPRENDRE

-SAVOIR POURQUOI ET COMMENT

-PARTAGER LES ÉMOTIONS


Qu’est-ce que l’empathie ? Il s’agit de la capacité à comprendre les sentiments des autres sans les vivre soi-même. Pour cela, il faut :

·         Pouvoir adopter la perspective et le point de vue des autres ;

·         Prendre part et comprendre leurs états d’âme ;

·         Pouvoir réagir de manière émotionnellement adaptée.

Ces trois exigences sont plus difficiles pour les personnes avec autisme que pour les autres.

Tout d’abord, les personnes avec autisme ne reconnaissent pas suffisamment les expressions émotionnelles des autres. Elles perçoivent moins le visage comme un ensemble et associent souvent les émotions aux détails de l’expression émotionnelle. Si vous reconnaissez la colère seulement quand le détail ‘moustache’ est présent, vous ne voyez pas que votre maman est fâchée car elle n’a évidemment pas de moustache. Si vous ne voyez pas cela, alors, vous ne pouvez pas vous mettre dans la peau de votre maman et il vous est donc impossible de faire preuve d’empathie envers elle lorsqu’elle est en colère. De même, vous pouvez difficilement consoler quelqu’un si vous ne reconnaissez pas sa tristesse.

Il arrive parfois qu’une personne avec autisme manifeste bel et bien de la compassion (elle reconnaît un sentiment chez une autre personne), mais elle ne comprend pas réellement ce que l’autre ressent

Des activités sont réalisées ou apprises plus facilement par les personnes ayant de l’autisme : les activités d’associations, c’est-à-dire de ressemblances (où il s’agit d’associer des éléments identiques, comme faire un domino, un loto, etc.) ; les activités de reproduction de modèle et même parfois de répétition verbale et d’imitation.

Mais attention, un point fort pour l’une ne l’est pas forcément pour l’autre. Par exemple, les compétences d’imitation sont, en général, très faibles chez ces personnes ou au contraire, deviennent une difficulté supplémentaire à gérer dans le comportement si la personne imite exagérément son entourage.

Un autre exemple concerne le domaine de la motricité. Certaines de ces personnes ont beaucoup de mal à tenir un crayon, prendre de petites pièces, découper… ; alors que d’autres, très vite, parviennent à colorier sans dépasser, à enfiler de petites perles ou ont un très bon équilibre corporel.

http://www.participate-autisme.be/fr/index.cfm